Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez Clap de fin à Londres

Londres 2012 - Clap de fin à Londres

Publié le 13/08/2012 | 00:56, mis à jour le 13/08/2012 | 01:35

La vasque olympique a été éteinte à 1h du matin, symbolisant la fin des JO de Londres

La vasque olympique a été éteinte à 1h du matin, symbolisant la fin des JO de Londres (AFP - JEWEL SAMAD)

La cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres s'est déroulée dans une ambiance festive et bon enfant dimanche soir. Les Spice Girls, Emeli Sandé mais aussi George Michael étaient de la partie pour donner un concert gigantesque pendant trois heures dans le stade olympique de Stratford. Le drapeau olympique a été transmis à Rio, prochaine ville organisatrice en 2016.

La flamme s'est éteinte. Quinze jours après s'être embrasée à Londres, la vasque olympique a arrêté de brûler. Au terme d'une cérémonie rythmée par les représentations de plusieurs idoles de la pop anglaise des années 80 et 90, Londres a passé symboliquement le flambeau à son successeur, Rio, ville organisatrice des Jeux d'été de 2016.

Près de 3h de spectacle ont permis à Londres de clôturer en grande pompe l'organisation des troisièmes JO de sont histoire. Encore une fois, le thème de la soirée était de rendre hommage à toute la culture britannique. Un des premiers tableaux a donc permis de visiter la capitale anglaise en un clin d'œil grâce à des reproductions de Big Ben, du Tower Bridge, ou l'opéra Albert Hall. Ce sont ensuite la garde nationale, les taxis anglais et d'autres symboles "kitsch" à souhait qui ont été mis en valeur.

Le show pouvait alors commencer. Une vingtaine d'idoles britanniques se sont succédées, allant de Kate Moss à George Michael, en passant par un imitateur de Winston Churchill ou les Spice Girls. Le Girls Band des années 90, auquel appartenait Victoria,  l'épouse du footballeur David Beckham, s'est reformé pour l'occasion et à fait sensation devant les 80 000 spectateurs du stade olympique de Stratford.

Un show sans fausse note

Les athlètes, eux, ont eux aussi pu défiler une dernière fois et recevoir les applaudissements nourris des spectateurs, parmi lesquels le Prince Harry de Galles, sa belle-sœur Kate Middleton ou encore le premier ministre britannique, David Cameron. Ce dernier devait être plus que satisfait de voir le travail accompli par Kim Gavin, le directeur artistique de la cérémonie, qui est parvenu à mettre sur pied un tel spectacle pour "seulement" 19 millions d'euros. Une coquette somme pour le contexte économique actuel, mais très, très loin de la démesure des JO de Pékin en 2008.

La cérémonie sans fausse note est venue mettre un terme à une quinzaine de jours de compétition sans accroc majeur. Dans quatre ans, Rio aura la lourde tâche de faire aussi bien. La fin de la représentation, a été l'occasion pour le maire de la ville brésilienne, Eduardo Paes, de récupérer le drapeau olympique. Après avoir vu l'application portée par Londres à la réussite de ces 30e Jeux Olympiques de l'histoire, gageons que Rio, elle aussi, se mettra sur son 31.