Vous êtes ici

Ferdi Kübler, le plus ancien vainqueur du Tour de France, est mort

Ferdi Kübler (à droite), après avoir remporté le Tour de France.

Ferdi Kübler (à droite), après avoir remporté le Tour de France. | STAFF / AFP

Par

Publié le 30/12/2016 | 12:54, mis à jour le 30/12/2016 | 12:56

Le Suisse Ferdi Kübler est décédé ce jeudi, à l’âge de 97 ans. Il était le plus ancien vainqueur du Tour de France, une course qu’il a remportée en 1950. Plus qu’un champion, c’est un témoin d’un autre cyclisme, qui s’en est allé à l’aube de l’année de 2017.

Ses adversaires de l’époque n’étaient autre que les légendaires Fausto Coppi, Gino Bartali, ou encore le Breton Louison Bobet. Des grands noms du cyclisme qui aujourd’hui encore, continuent de passionner les amateurs de la Grande Boucle. Ferdi Kübler faisait partie de cette génération fière, tempétueuse, au caractère d’attaquant qui ne cessait jamais d’essayer. S’échapper dans les cols était alors une réelle aventure, une épopée qui valait bien une page de plus dans le livre d’or du cyclisme. Et tous les jours, cette aventure recommençait, avec pour héros un homme différent, mais tout aussi valeureux. C’était une autre époque, celle qui donna envie à nos grand-parents de se poster sur les routes du Tour, pour les voir passer au moins une fois dans leur vie. C’était ce qu’on a encore tendance à appeler aujourd’hui, l’âge d’or du cyclisme.

Ferdi Kübler, le diable noir, l’aigle d’Adliswill, s’est forgé un sacré palmarès, malgré un début de carrière entravé par la seconde guerre mondiale. "Le contre-la-montre, le sprint, la montagne.... je savais tout faire", disait-il, lui qui était considéré comme le sportif le plus apprécié des Suisses, au même titre que Roger Federer. Vainqueur du Tour de France en 1950, de Liège-Bastogne-Liège, de la Flèche Wallonne mais aussi du championnat du monde un an plus tard, le coureur suisse a inscrit son nom en lettres dorées au Panthéon du cyclisme.

"C'était ma victoire à moi"

"Je suis devenu champion parce que j'étais pauvre", confiait-il à l'Equipe Magazine en 2003, à l'occasion du centenaire du Tour. "Je luttais pour manger, pour avoir une vie meilleure. J'ai gagné le Tour de France parce que j'en ai rêvé, parce que je savais qu'après je ne serais plus jamais pauvre. A l'arrivée à Paris, mon père n'était pas là. Cela ne l'intéressait pas. Ma mère était morte (une chute à vélo trois ans plus tôt, ndlr). J'étais toujours seul, c'est triste. Mais c'était ma victoire à moi, ma vie à moi."

Après sa fin de carrière en 1957, Ferdi Kübler était devenu fleuriste. L’annonce de son décès a touché l’ensemble de la planète cycliste. Le Français Roger Walkowiak, né le 2 mars 1927 et vainqueur de l'épreuve en 1956, est désormais le nouveau doyen des vainqueurs du Tour de France.

Sur le même sujet