Vous êtes ici

Dakar 2016 : Loeb part en tonneaux et perd le Dakar

La Peugeot 2008 DKR de Loeb remise sur ses roues

La Peugeot 2008 DKR de Loeb remise sur ses roues | DPPI

Par notre envoyé spécial

Publié le 11/01/2016 | 22:07, mis à jour le 12/01/2016 | 21:58

En bonne position pour remporter le Dakar à sa première participation, Sébastien Loeb devra patienter. Le nonuple champion du monde des rallyes a ruiné ses chances en partant en tonneaux lors de la 8e étape entre Salta et Belem. Arrêté de longues minutes, il a réussi avec Daniel Elena à remettre sa Peugeot 2008 DKR en état de rouler pour rentrer au bivouac. Son retard est toutefois trop conséquent pour espérer revenir sur le trio de tête.

Le coup était passé très près il y a deux jours. Très généreux en spéciale, Sébastien Loeb avait vu sa Peugeot 2008 DKR se cabrer quasiment au point de faire un soleil. Finalement, la Lionne était retombée sur ses pattes. Cette fois, l’Alsacien n’a pas pu éviter l’accident. Il roulait à vive allure à une quinzaine de kilomètres de l’arrivée de la spéciale quand il a été surpris par une saignée. "Seb est parti en tonneaux à 20 km d’ici. On l’avait rattrapé, on l’a doublé, puis ensuite il est revenu devant nous, et il essayait de regagner du temps, raconte Stéphane Peterhansel. En hors-piste dans un grand oued, où on roulait environ à 120 km/h, il a pris une grosse saignée et quand je suis arrivé, 20 secondes après lui, sa voiture était retournée. "

Trop gourmand ?

Loeb disait avoir encore des difficultés à rouler à vue plutôt qu'avec des notes fiables. Ses yeux ont raté la marche. "Dans un rio, il y avait une grosse marche que je n’ai pas vu, et qui nous a envoyé en tonneaux, explique-t-il. Dans les rios, on est plus ou moins en hors-piste. Je ne sais pas si j’ai été gourmand, je n’ai pas l’habitude de rouler dans des rios. Je roulais par rapport à ce que je voyais, et la cassure je ne l’ai pas vu : j’aurais mieux fait de rouler un peu de moins vite ou de passer ailleurs. On essaie de suivre les traces, mais elles s’éparpillent un peu, certaines partent à droite, d’autres à gauche… je n’étais pas sur la bonne."

"Pour la victoire c'est mort !"

Fort heureusement, Loeb et son copilote Daniel Elena n’étaient pas blessés. Un pouce levé à "Peter" pour lui dire de continuer et l’équipage N.314 sortait pour tenter de réparer. Une fois les éléments de carrosserie gênant retirés et quelques réparations, Loeb et Elena parvenaient à remettre la voiture en piste sans attendre l’assistance rapide. L’addition était tout de même salée avec plus d’une heure de perdue. " Pour la victoire, c’est mort, avouait Loeb. Déjà, on ne pensait pas arriver au bout. On a perdu pas mal de temps parce qu’on a dû changer les roues, puis un cardan. Donc les espoirs de victoires s’envolent. On savait qu’on ne savait pas tout ! Maintenant il va falloir continuer à rouler, et prendre de l’expérience."

Vidéo : le lundi noir de Sébastien Loeb 

 

Sur le même sujet

Tour de france : Toute l'actualité & les étapes en direct