Vous êtes ici

Euro 2016 : La presse allemande accuse l’équipe de France de dopage

La joie des Français après leur victoire sur l'Allemagne en demi-finale de l'Euro le 7 juillet 2016 au Stade Vélodrome de Marseille.

La joie des Français après leur victoire sur l'Allemagne en demi-finale de l'Euro le 7 juillet 2016 au Stade Vélodrome de Marseille. | FRANCK FIFE / AFP

Par

Publié le 13/07/2016 | 18:35, mis à jour le 15/07/2016 | 14:04

L'hebdomadaire allemand Sport Bild lance une polémique pour tenter de justifier la défaite de l’Allemagne face à la France en demi-finale de l’Euro. D’après l’un de ses journalistes, les Bleus se seraient dopés lors de la rencontre. Une accusation bien infondée…

Mauvais perdants, les Allemands ? L’accusation fait les gros titres du Sport Bild ce mercredi : "Des stimulants dans le vestiaire français !". Dans cet article, on apprend qu’un journaliste allemand présent au stade aurait fait « d’étranges » découvertes dans le vestiaire français à la fin de la rencontre, photo à l’appui.

Le Guronsan, un comprimé à base de caféine

Sur cette image, on aperçoit un carton dans lequel se trouvent une bouteille de jus d’orange, quelques déchets, mais aussi une boîte de comprimés. Il s’agit de Guronsan, un médicament à base de caféine qui contient de la vitamine C et aide à lutter contre la fatigue. Un produit fréquemment utilisé par les sportifs, qui ne figure pas dans la liste des produits interdits par l'Agence mondiale antidopage.

Sauf que l'hebdomadaire, sûr de ses accusations, a fait appel à un expert de la lutte antidopage pour appuyer ses propos. Le professeur Fritz Sörgel émet un avis très subjectif sur la question… « Selon le code anti-dopage, chaque moyen utilisé pour augmenter les performances autrement que par la puissance du corps est considéré comme du dopage. Le Guronsan est donc, pour moi, du dopage ! L'amélioration des performances sportives grâce à la caféine a été prouvée. Il augmente également les capacités cognitives, et donc la vitesse de réaction », affirme-t-il.

Des accusations bien bancales, qui prouvent que les Allemands ont encore du mal à faire passer la pilule.

Sur le même sujet