Vous êtes ici

Euro 2016 : La blessure et le trophée pour Ronaldo

Ronaldo quitte la finale de l'Euro sur blessure

Ronaldo quitte la finale de l'Euro sur blessure | PETER KNEFFEL / DPA

Par notre envoyé spécial

Publié le 10/07/2016 | 22:10, mis à jour le 10/07/2016 | 23:47

Collectionneur de trophées en club et de récompenses individuels, Ronaldo rêvait de remporter au moins un titre avec la Seleçao. La star interplanétaire du Portugal a vécu un incroyable scénario dimanche en assistant à la victoire de son équipe du banc de touche. Blessé dans un choc avec Payet, le Portugais a été contraint de quitter ses partenaires à la 25e minute. On l'a retrouvé à la fin du match, le trophée Henri Delaunay dans les bras.

Larmes absolues. Danger N.1 du Portugal, Ronaldo aura fait couler beaucoup de larmes au Portugal. Les siennes étaient bien visibles sur ses joues. Le brassard dans les mains, il fait signe à Nani de le mettre sur son bras. L’Euro de CR7 s’est terminé dans un choc avec Dimitri Payet. On ne sait pas si Didier Deschamps avait mis en place un plan anti-Ronaldo mais les Bleus ne lui ont pas laissé de répit. A commencer par Payet qui l’a bloqué avec son genou à la 8e minute.

Sur les images, on voit très bien le genou du Portugais subir le choc et tourner. Ronaldo s’est immédiatement effondré, se tordant de douleur. Volontiers simulateur, CR7 ne jouait pas la comédie. Par deux fois il tentait de rependre le jeu, la deuxième fois avec un strapping sur le genou. Gêné sur chaque appui, il devait se résoudre à demander le changement en pleurs. Sorti sur une civière, Ronaldo recevait autre chose que des sifflets, une vraie standing ovation. 

De retour sur le banc, il assistait à la suite de la finale. Malgré le bandage, CR7 ne tenait pas en place. Il haranguait coéquipiers et public, levant les bras au ciel quand un ballon échappait à la Seleçao. Après le but d'Eder dans les prolongations, Ronaldo exultait. Son rêve allait se réaliser même sans lui sur le terrain. Il restait debout non loin de son entraîneur Fernando Santos jusqu'à la délivrance. Puisqu'il ne pouvait pas courir, il s'allongeait sur le sol à contempler ce ciel étoilé. Dans sa constellation de titres, celui-là aura un parfum particulier.

Sur le même sujet