Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez L'autre Manaudou, l'éternel Phelps

Natation - L'autre Manaudou, l'éternel Phelps

Publié le 02/08/2012 | 21:00, mis à jour le 13/03/2013 | 15:42

Florent, l'autre Manaudou

Michael Phelps (Leon Neal / AFP)

Florent Manaudou a parfaitement "vengé" sa sœur Laure, éliminé dès les séries ce matin, en se qualifiant pour la finale du 50m nage libre. Mais le héros du soir se nomme encore une fois Michael Phelps : l'Américain a remporté sa 20e médaille olympique (sa 16e en or) en s'imposant sur le 200m 4 nages. Historique. Dans les autres courses du soir, l'Américaine Rebecca Soni s'est imposée sur 200m brasse en battant son propre record du monde et

Florent Manaudou a réussi à se faire une place au soleil. Malgré l'ombre parfois oppressante de sa soeur Laure, malgré surtout la concurrence féroce lors des demi-finales du 50m nage libre. Epreuve la plus féroce de la natation, de par la violence de l'effort, le sprint court demande une explosivité exceptionnelle. A 19 ans, Florent Manaudou l'a incontestablement. Cela ne lui suffira peut-être pas pour monter sur le podium lors de la finale vendredi mais, avec un chrono de 21'80, les promesses de l'onde sont déjà là. "J'ai fait ce qu'il fallait faire pour aller en finale, a déclaré le  Marseillais. Je pense que l'expérience des Championnats du monde m'ont servi.  Je fais mon meilleur temps, je suis satisfait. Je prends beaucoup de plaisir, c'est vraiment super d'arriver à ce niveau là et d'être en finale, a-t-il ajouté. Je suis encore loin de maîtriser le 50 m", a-t-il repris. "Ca se voit,  c'est encore un peu brouillon. Mais même si je ne nage pas très bien, c'est  quand même bien et j'ai fait un bon temps. Physiquement je me sens assez bien." Pour l'or, il faudra certainement chercher parmi les Américains, Jones et Ervin, ou bien des Brésiliens, Cielo et Fratus. A moins que Manaudou... En revanche, James Magnussen ne sera pas de la fête. L'Australien, annoncé comme la star qui allait tout rafler, n'a signé que le 11e temps des demi-finales (22'00).

La course de Florent Manaudou :

Si une nouvelle star tricolore est peut-être en train d'éclore, une autre, la plus grande de toutes, vit un crépuscule doré. Michael Phelps est devenu le premier nageur de l'histoire à remporter trois fois la même course, le 200m quatre nages, en autant d'Olympiades. Deux femmes avaient déjà accompli cet exploit: l'Australienne Dawn  Fraser, sacrée sur 100 m nage libre en 1956, 1960 et 1964, et la Hongroise  Krisztina Egerszegi sur 200 m dos en 1988, 1992, et 1996. Après un début de compétition chaotique, l'albatros a déployé ses ailes en 1'54''27 pour aller glaner sa 20e médaille, la 16e en or, en devançant son éternel rival Ryan Lochte (1:54.90) et Lazlo Cseh (1:56.22). Auteur d'un départ canon en papillon, le nageur de Baltimore creusait la différence en dos, parvenait à ne pas céder de terrain en brasse, son relatif point faible et concluait, avec les tripes en crawl en résistant aux retours de Lochte et de Cseh. Le premier nommé avait tenté un pari difficile en s'alignant à peine trente minutes avant cette finale, sur celle du 200m dos. En dépit de toutes ses qualités, le Californien a sans doute eu les yeux plus gros que le ventre puisqu'il devait se contenter du bronze sur cette distance derrière son compatriote Clary et Ie Japonais Irie. Néanmoins beau joueur, il n'en oubliait pas de donner l'accolade à Michael Phelps. Sur le podium, l'émotion était palpable sur le visage du vainqueur qui devait pourtant replonger pour la demi-finale du 100m papillon juste après la cérémonie protocolaire ! Comme si de rien n'était, il se qualifiait en survolant sa course. Inlassable et insatiable Phelps...

La victoire de Phelps sur 200m quatre nages :

Chez les dames, les Etats-Unis ont aussi brillé, notamment grâce à Rebecca Soni qui a conservé son titre olympique en battant le record du monde en 2'19''59 devant la Japonaise Satomi Suzuki  et la Russe Iulia Efimova. Pas de titre US en revanche dans la course reine féminine, le 100m, où le titre est revenu à la Néerlandaise Ranomi Kromowidjojo. La Bélarusse Aliaksandra Herasimenia et la Chinoise Tang Yi complètent le podium.