Vous êtes ici

Coupe de France - Rennes arrache sa qualification aux dépens de l'OGC Nice

Gelson Fernandes (au centre) et ses coéquipiers du Stade Rennais célèbrent leur qualification.

Gelson Fernandes (au centre) et ses coéquipiers du Stade Rennais célèbrent leur qualification. | VALERY HACHE / AFP

Par

Publié le 04/01/2016 | 23:36, mis à jour le 05/01/2016 | 00:00

Au terme d'un match au scénario complètement fou, le Stade Rennais se qualifie en 16e de Finale de Coupe de France aux dépens de l'OGC Nice après une séance de tirs au but interminable (2-2, 7-6). Boga avait ramené la formation Bretonne à 1-1 juste avant la fin du temps réglementaire avant qu'André, dans les prolongations, donne l'avantage à Rennes. Hatem Ben Arfa, très en jambe encore une fois ce soir, avait redonné espoir aux Niçois sur pénalty (2-2, 119e) mais c'est bien Gelson Fernandes qui a offert la qualification au Stade Rennais sur l'ultime tentative.

Clairement, les confrontations entre formations de l'élite ont proposé du spectacle et surtout beaucoup de suspens ! Après le match héroïque de Steve Mandanda hier soir ayant permis la qualification de l'OM, ce sont les Niçois et les Rennais qui nous ont offert une rencontre particulièrement folle. 

Koziello exclu : tournant du match

Plus dangereux, plus percutants et dominateurs, les Niçois peuvent vraiment regretter cette 74e minute qui a vu son milieu de terrain relayeur, Vincent Koziello, être exclu après avoir écopé d'un second avertissement. Auparavant, les hommes de Claude Puel menaient logiquement au score suite à un but de Mendy sur un coup franc de Ben Arfa (1-0, 39e). Ce dernier aurait même pu accentuer la marque (68e, 76e) mais la défense bretonne et un bon Benoit Costil veillaient bien au grain.

Du coup, les joueurs de Philippe Montanier ont petit à petit repris confiance et surtout l'ascendant dans le jeu. Fatigués davantage, les Niçois craquaient à deux reprises. Une première fois à huit minutes de la fin du temps réglementaire (1-1, Boga) puis une seconde lorsqu'André réalisait un enchaînement sublime contrôle et frappe en pleine lucarne (2-1, 113e). À ce moment-là, Rennes pensait avoir fait le plus dur. Ben Arfa, sur pénalty, allait prouver le contraire à quelques secondes du terme des prolongations (2-2, 119e).

Finalement, à l'image d'une rencontre disputée jusqu'au bout, la séance de tirs au but fut interminable puisqu'il aura fallu attendre le neuvième tireur breton, Gelson Fernandes, pour voir le Stade Rennais se qualifier à l'arrache en seizième de finale où il affrontera Bourg-Péronnas, pensionnaire de Ligue 2.

Sur le même sujet