Vous êtes ici

Le baromètre des Bleus à 100 jours de l’Euro

Le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps

Le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps | AFP - FRANCK FIFE

Par

Publié le 02/03/2016 | 06:30, mis à jour le 03/03/2016 | 11:01

Didier Deschamps n’a plus qu’une liste à faire avant d’annoncer LA liste pour l’Euro 2016. La sélection dévoilée pour les matches contre les Pays-Bas (25 mars) et la Russie (29 mars) est très attendue et donnera une tendance quasiment définitive du groupe qui défendra les couleurs de la France à l'Euro. A 100 jours de l'ouverture du tournoi, voici les tendances qui se dessinent pour cette liste des 23.

Ils y seront (sauf blessures)

Gardiens : Hugo Lloris, Steve Mandanda
Défenseurs : Raphaël Varane, Laurent Koscielny, Mamadou Sakho, Patrice Evra, Bacary Sagna
Milieux : Paul Pogba, Blaise Matuidi, Moussa Sissoko
Attaquants : Antoine Griezmann, Olivier Giroud, Anthony Martial

 
Le défenseur français Raphaël Varane (AFP - FRANCK FIFE)
 

Aujourd’hui, ils sont 13. On ne va pas leur porter malheur, mais ces 13 là ont leur billet en poche pour la compétition estivale (10 juin-10 juillet). Sauf grave blessure évidemment ou coup de pompe monumental. La hiérarchie des gardiens est désormais parfaitement établie : Hugo Lloris, indéboulonnable numéro 1 et capitaine, Steve Mandanda, solide doublure. En défense centrale, Raphaël Varane, même s’il ne rayonne pas avec le Real Madrid, est un des piliers de Didier Deschamps. A ses côtés, Laurent Koscielny a pris encore plus d’ampleur cette saison au point d'apparaitre comme le compagnon idéal de Varane pour composer la charnière. Mamadou Sakho passerait alors numéro 3. Car son corps est toujours un souci et à Liverpool, il est beaucoup moins convaincant que Koscielny ne l’est à Arsenal.

A gauche, l’increvable Patrice Evra (Juventus) connaîtra sa dernière grande compétition avec les Bleus cet été, tout comme Bacary Sagna (Manchester City) qui profite de la faible concurrence à droite. Au milieu de terrain, Paul Pogba et Blaise Matuidi sont des cadres de la Juve et du PSG. Ils ont une place similaire chez les Bleus. Enfin, Moussa Sissoko (Newcastle), énigme pour certains, joueur trop rustre pour d’autres, a toujours pleinement convaincu Deschamps qui aime ces joueurs physiques, de devoir. Enfin en attaque, en attendant l’issue de l’affaire Benzema-Valbuena (voir plus bas), Antoine Griezmann (Atletico Madrid), Olivier Giroud (Arsenal) et Anthony Martial (Manchester United) forment un beau trio. Ce n’est toutefois pas certain qu’ils soient les trois titulaires le 10 juin prochain pour le match d’ouverture contre la Roumanie.

Les probables

Gardien : Benoit Costil
Défenseurs : Christophe Jallet
Milieux : Morgan Schneiderlin, Yohan Cabaye, Lassana Diarra

 
Laurent Koscielny et Morgan Schneiderlin en pleine discussion (AFP - FRANCK FIFE)
 

Depuis le volte-face de Stéphane Ruffier qui refuse de venir faire le nombre, Benoît Costil (Rennes) est la première option pour le troisième gardien. Il était de la dernière liste pour les rencontres face à l’Allemagne et l’Angleterre. S’il maintient son niveau à Rennes, il a toutes les chances pour faire partie de l’aventure. En défense, ils sont rares à être en bonne place. Christophe Jallet est le seul. Le latéral lyonnais est régulier, sans être transcendant. Il a bénéficié de la traversée du désert de Mathieu Debuchy avec Arsenal et donne quelques certitudes à Deschamps.

Au milieu, Morgan Schneiderlin et Yohan Cabaye sont toujours appelés par le sélectionneur. Attention toutefois pour le milieu de Crystal Palace qui pourrait voir son strapontin menacé par une concurrence accrue alors qu'il ne brille pas forcément en Premier League. Enfin, Lassana Diarra, quoique dernier arrivé, est plus que probable pour ce qu’il montre avec l’OM depuis le début de la saison, autant que pour ce qu’il a montré lors de son retour avec les Bleus.

Les possibles

Gardien : Alphonse Areola
Défenseurs : Lucas Digne, Layvin Kurzawa, Benoît Trémoulinas, Eliaquim Mangala, Mathieu Debuchy
Milieux : Dimitri Payet, Hatem Ben Arfa, Maxime Gonalons
Attaquants : André-Pierre Gignac, Alexandre Lacazette

 
Le buteur lyonnais Alexandre Lacazette n'a toujours pas marqué avec les Bleus (AFP - FRANCK FIFE)
 

Pour son troisième gardien Didier Deschamps pourrait décider de miser sur l’avenir. A 23 ans, Alphonse Areola, qui s’illustre avec Villarreal, a déjà été appelé par Deschamps cet automne. Le Basque pourrait être tenté de le convoquer pour l’Euro pour préparer le futur. En défense, ils sont une flopée à pouvoir monter dans le train bleu. A gauche, ça se bouscule derrière Evra. Lucas Digne (AS Roma), Benoît Trémoulinas (FC Séville) ou Layvin Kurzawa (PSG) sont en balance avec un avantage pour le jeune Romain qui joue régulièrement dans la capitale italienne. A droite, Mathieu Debuchy a débarqué à Bordeaux pour se relancer et convaincre à nouveau Deschamps. Dans l’axe, Eliaquim Mangala revient de blessure avec Manchester City, mais le Citizen va devoir faire plus pour rester dans le groupe.

Au milieu, Dimitri Payet a convaincu toute la Premier League (26 matches, 9 buts) sous le maillot de West Ham. Pas suffisant encore pour Deschamps qui rechigne à le rappeler. Mais le sélectionneur aura du mal à passer à côté du phénomène s’il poursuit sa folle saison. Hatem Ben Arfa a retrouvé la lumière avec Nice. "DD" l’a convoqué l’automne dernier, mais sa blessure tombe mal. Maxime Gonalons, lui, retrouve ses sensations avec l’OL et postule à nouveau. Il n’est plus apparu chez les Bleus depuis le 13 juin dernier et la défaite en Albanie (0-1). En attaque, les places vont être très chères. André-Pierre Gignac (Tigres) qui continue de marquer au Mexique et Alexandre Lacazette (Lyon) qui a bien réagi après une première partie de saison compliquée peuvent y croire. Pour eux, comme pour les autres, cette ultime liste avant l’Euro est capitale. Une présence serait forcément un bon signe. Le cas contraire serait préoccupant mais pas irrémédiable.

Les surprises

Défenseurs : Aymeric Laporte, Jérémy Mathieu, Loïc Perrin, Sébastien Corchia, Samuel Umtiti
Milieux : N’Golo Kante, Ousmane Dembélé
Attaquants : Kinglsey Coman, Andy Delort

Aymeric Laporte sous le maillot des U21 de l'Equipe de France (LUDVIG THUNMAN / AFP)
 

Son nom revient avec insistance ces derniers temps. Dans le débat sur les bi-nationaux qui choisissent un autre pays que la France, il occupe l’espace. Aymeric Laporte fait parler. Quand il donne une interview sur le sujet, ses propos sont sortis de leur contexte. Lui veut jouer pour les Bleus, il l’a rappelé fin janvier. Encore jamais appelé par Deschamps, ses prestations remarquées avec Bilbao et son talent reconnu de l’autre côté des Pyrénées, vont bien finir par convaincre le sélectionneur. Dès les Pays-Bas ou la Russie ? A l’Euro ? Encore après ? Laporte chez les Bleus, ce n’est qu’une question de temps normalement. Un autre jeune défenseur central, Samuel Umtiti (OL), attend son heure. Jérémy Mathieu, contrairement à Laporte et Umtiti, ne représente plus l’avenir. Moins utilisé par Luis Enrique au Barca que la saison passée, le train est sans doute passé pour le gaucher. Le voir à l’Euro serait une surprise. Même chose pour Loïc Perrin (Saint-Etienne). A droite, l’éternel espoir Sébastien Corchia (Lille) devra compter sur une hécatombe pour se faire une place.

Au milieu, une pépite pourrait faire bouger les lignes. N’Golo Kanté (24 ans) a pris une autre dimension après son transfert cet été de Caen à Leicester. Sur les pelouses de Premier League, le milieu de terrain de poche (1m69) s’est invité à la table des grands. A l’image de son club. Chez les attaquants, la Ligue 1, elle, s’émerveille du talent d’Ousmane Dembélé (Rennes), 18 ans, qui a encore brillé à Toulouse samedi avec un but et une passe décisive. D’un an plus âgé, Kingsley Coman n’a pas eu l’occasion de se montrer avec le PSG, mais se rattrape depuis avec le Bayern où Pep Guardiola fait régulièrement appel à lui. Enfin, le buteur caennais Andy Delort (10 buts cette saison) part de loin, surtout à un poste où les prétendants ne manquent pas, mais son profil à la "Gignac" pourrait plaire à Deschamps.

Ils en sont loin

Gardien : Stéphane Ruffier
Défenseurs : Adil Rami, Philippe Mexès, Mapou Yanga-Mbiwa
Milieux : Clément Grenier, Yoann Gourcuff, Geoffrey Kondogbia, Rémy Cabella
Attaquants : Kevin Gameiro, Loïc Rémy, Nabil Fékir, Jérémy Ménez, Paul-Georges Ntep

 
Nabil Fékir a connu sa première titularisation avec l'équipe de France contre le Brésil (DPPI - JEAN-MARIE HERVIO)
 

Stéphane Ruffier s’est mis hors jeu tout seul. Il faudrait un miracle ou une énorme hécatombe pour qu’il soit à l’Euro. En défense, Gaël Clichy (Manchester City), Adil Rami (FC Séville), Philippe Méxès (Milan AC) ou Mapou Yanga-Mbiwa sont hors circuit. Le Lyonnais reste le dernier à avoir été appelé, il faut remonter au mois de novembre 2014 (France-Albanie 1-1). Clément Grenier a raté la Coupe du monde 2014 sur blessure, il n’est plus revenu depuis. Geoffrey Kondogbia a disparu des radars depuis son arrivée à l’Inter Milan. Deschamps l’a rappelé pour les matches de septembre 2015, puis plus rien. Rémy Cabella a eu sa chance en octobre 2014 après le Mondial mais il a raté le coche. Entre son errance à Newcastle et son retour pour l’instant mitigé en Ligue 1 (OM), le milieu de terrain offensif voit les wagons partir sans lui. Quant à Yoann Gourcuff, les Bleus sont le cadet de ses soucis, lui qui pense d’abord a aligné les matches avec Rennes.

En attaque, Kevin Gameiro et ses 19 buts en 37 matches avec Séville peuvent s’interroger. Deschamps ne semble pas compter sur lui car malgré les absences, il lui préfère Gignac ou des jeunes (Martial, Coman). Paul-Georges Ntep ambitionnait après son retour de blessure d’être à l’Euro. Aujourd’hui, il en est loin et se fait même voler la vedette dans son club par Ousmane Dembélé. Loïc Rémy, que Deschamps apprécie, ne joue plus à Chelsea et Jérémy Ménez revient à peine avec le Milan. Enfin, le cas Nabil Fékir est différent. Deschamps le tient en haute estime et guettera son retour sur les pelouses attendu courant avril. Si le Lyonnais est performant, il aura ses chances. Mais à quatre mois de l’événement, il n’est toujours pas redevenu joueur de foot.

Les cas Benzema-Valbuena

 
Benzema et Valbuena durant le Mondial 2014 (AFP - JUAN BARRETO)
 

Dans un monde parfait, les partants sûrs pour l’Euro ne seraient pas très 13 mais 15 puisqu’on ajouterait Karim Benzema et Mathieu Valbuena. L’affaire de la sextape est passée par là, laissant Deschamps et la FFF dans l’embarras. Dans un premier temps, Deschamps s’est passé des deux pour les matches de l’automne. Puis Noël Le Graët a suspendu l’attaquant "jusqu’à la nouvelle instruction du dossier" le 10 décembre dernier. Nouveau rebondissement le 18 février avec la levée partielle du contrôle judiciaire du Madrilène, ce qui ouvrait la porte à un retour en Bleu. Mais la blessure du joueur contractée lors du derby devrait le priver du rassemblement… au cas où Deschamps l’aurait rappelé. Pour l’instant, le sélectionneur n’a rien laissé paraître et se cache derrière les décisions de son président. Si Benzema est laissé tranquille par la justice et retrouve la santé, on ne voit pas ce qui pourrait priver l’attaquant de l’Euro. Même si les sondages ne plaident pas en sa faveur.

Lire aussi : la blessure de Benzema, un nouveau problème pour Zidane

Pour Mathieu Valbuena, c’est plus simple. Il est la victime de l’affaire et n’a aucune raison d’être privé des Bleus. Pour lui, le critère principal est le sportif. Et c’est bien ça le problème. A l’OL, il court après son meilleur niveau – celui qu’il affiche régulièrement en sélection –. Sans lui, Lyon a signé un match référence contre le PSG, dimanche, et semble retrouver la forme (4 victoires en 5 matches). Les jeunes Ghezzal et Cornet marquent des points et au milieu, les Darder, Ferri, Tolisso et Grenier se rapprochent de leur pic de forme. La concurrence est rude et pourrait coûter sa place dans le train bleu à "P’ti Vélo".

Sur le même sujet