Vous êtes ici

L'OM sombre au Vélodrome face à Rennes (2-5)

Lors d'OM-Rennes, le 18 mars 2016, au Stade Vélodrome.

Lors d'OM-Rennes, le 18 mars 2016, au Stade Vélodrome. | AFP

Par

Publié le 18/03/2016 | 22:18, mis à jour le 19/03/2016 | 00:11

Incapable de gagner à domicile depuis six mois, les Marseillais ont pris l'eau face à Rennes (2-5) vendredi soir, en ouverture de la 31e journée de Ligue 1. Yoann Gourcuff y est allé de son doublé, dans une atmosphère électrique. Les Bretons s'installent provisoirement sur le podium. De son côté, l'OM reste englué en milieu de tableau.

La soirée, surréaliste, a vite tourné au cauchemar. En un petit quart d'heure, Rennes a douché l'ambiance électrique du Vélodrome. Pour en repartir avec un succès (2-5), son troisième en quatre matches, qui l'installe provisoirement à la troisième place de Ligue 1. L'OM est bien revenu à 3-2 en tout début de seconde période. Mais l'équipe de Michel est décidément catastrophique devant son public.

Dans la dernière demi-heure, Yoann Gourcuff (2-4, 60e) et Giovanni Sio (2-5, 75e) ont balayé l'espoir irrationnel d'un renversement de situation. C'est lui, Gourcuff, qui avait plombé une atmosphère déjà pesante, dès la 4e minute, de la tête (0-1, 4e). Dans la foulée, Fallou Diagne a profité d'un marquage élastique pour placer la sienne, sur un coup franc de Kamil Grosicki (0-2, 9e). Ousmane Dembélé y est ensuite allé de son slalom, pour le conclure d'une frappe déviée par Nicolas Nkoulou, qui a pris Steve Mandanda à contre-pied (0-3, 14e).

Thauvin et Rolando ont pourtant redonné l'espoir

Le gardien marseillais, héroïque depuis plusieurs semaines, en a donc pris cinq vendredi. Et la disette de l'OM à domicile court toujours. Six mois, et désormais 13 matches sans le moindre succès. Voilà pourquoi le Vélodrome, bien qu'à moitié vide, a manifesté sa colère vendredi soir. Entre sifflets, banderoles hostiles à la direction du club et intervention des CRS.

Ce contexte ultra-tendu aurait pu pousser les Phocéens à rendre prématurément les armes. Ils ont eu le mérite de s'accrocher. Florian Thauvin les a d'abord remis dans le droit chemin, en nettoyant la lucarne de Benoît Costil (1-3, 20e). Au retour des vestiaires, le portier rennais - annoncé comme le probable successeur de Mandanda dans la cage marseillaise - a relâché un corner. Rolando ne s'est pas fait prier pour ramener l'OM à 3-2 (50e).

Rémy Cabella a failli égaliser dans les secondes suivantes. L'ancien Montpelliérain a trouvé le poteau (52e). Les Rennais, eux, n'ont pas manqué la cible. Ils ont marqué deux autres fois. Histoire d'irriter un peu plus les supporters marseillais. Les premiers pas d'Abou Diaby, entré à la 78e, ne les ont pas calmés. Leur équipe surfe sur une piètre dynamique : deux revers et cinq nuls en sept matches. Elle reste engluée à la 10e place.

Sur le même sujet