Tour de France - Gilbert : « Je vais essayer d’être là pour Cadel »

Publié le 18/07/2012 | 13:04, mis à jour le 19/07/2012 | 10:16

Gilbert : « Je vais essayer d’être là pour Cadel »

Philippe Gilbert dans la roue de Luis Leon Sanchez (AFP-Bonaventure)

Philippe Gilbert (BMC) n’est pas un grimpeur mais il va faire son possible pour aider Cadel Evans dans sa quête d’un deuxième Tour de France.

 

C’est le jour J aujourd’hui pour Cadel ?
Philippe Gilbert : On va voir comment Cadel se comporte mais le Tour se joue aujourd’hui. C’est une des dernières chances de faire changer la hiérarchie du top 5. On va attendre le départ et le premier col pour voir comment ça se passe.

Pouvez-vous aidez Cadel Evans aujourd’hui ?
PG : Quand je sais que je vais pouvoir passer le premier ou le deuxième col, j’arrive à me surpasser mentalement et rester pas loin des meilleurs. C’est la seule motivation qui peut me faire avancer en montagne sinon j’ai tendance à y aller très calme. Aujourd’hui il y a une vraie raison pour moi de me battre. Je vais essayer d’être là, ne serait-ce que pour donner des bidons à Cadel, le ravitailler ou lui donner confiance en voyant des équipiers autour de lui.

Vous avez peur des cols ?
PG : Je n’ai pas peur des cols mais c’est la vitesse à laquelle on les monte. C’est ça le problème. Monter un col ne me dérange pas mais le faire à bloc du début à la fin, oui. Quand une ascension se fait en 45 minutes c’est un gros effort et c’est très dur.