Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez La fin du rêve pour les handballeuses

Handball - La fin du rêve pour les handballeuses

Publié le 07/08/2012 | 23:14, mis à jour le 13/03/2013 | 15:42

Handball: Les Françaises se font surprendre

Les Françaises avaient le match en main, avant de le laisser échapper (AFP - JAVIER SORIANO)

L'équipe de France féminine de handball a été sortie en quarts de finale du tournoi olympique par le Montenegro (23-22), au terme d'une rencontre qu'elles auraient dû maîtriser avec un peu plus de concentration et d'application. Après avoir réalisé un premier parcours très efficace, les Françaises ont commis beaucoup d'erreurs et laissé trop d'occasions en route. C'est une nouvelle déception pour le hand féminin français, décidément incapable de franchir le cap décisif.

Cette élimination est d'autant plus frustrante pour les Bleues qu'elles avaient réalisé un parcours quasiment sans faute en phase de poule, avec quatre victoires et un match nul. Les Bleues s'étaient déjà arrêtées au stade des quarts de finale à Pékin. A croire que l'expérience ne leur apporte rien puisqu'elles n'ont pas su gérer une fin de match délicate alors qu'elles avaient l'occasion de faire le break. Ce sont au contraire les joueuses du Montenegro, dont c'était la première participation aux  Jeux, qui ont su d'abord revenir au score puis obtenir la victoire à la dernière seconde sur un jet de 7 m consécutif à une action encore un peu cafouillée, sur laquelle les Françaises ont manqué de réaction pour récupérer le ballon et se sont mises à la faute. 

Une action à l'image du match où les filles de Krumbholz ont eu tous les atouts en main pour s'imposer mais ont parfois fait preuve de fébrilité défensive et surtout, ont perdu beaucoup de ballons par manque de concentration. A force de trop gâcher en pensant que, dans tous les cas de figure, on parviendra à la force du poignet et avec un peu de maîtrise à maintenir le score, les Française maladroites et mal inspirées se sont faits piéger par des Monténégrines qui ne leur étaient pas supérieures, mais qui étaient sans doute moins sûres de leurs armes et ce sont de fait appliquées à poser leur jeu en s'appuyant sur le collectif.

Trop de déchets 

Bousculées dès l'entame de la rencontre, les Bleues ont d'abord semblé tétanisées par l'enjeu, multipliant les mêmes fautes en défense et encaissant, de fait, à chaque fois le même type de buts. Pas forcément plus adroites en attaque, les Françaises ont laissé leurs adversaires faire la course en tête pendant 20 longues minutes, avant de planter les premières banderilles. Grâce aux contre-attaques de Siraba Dembele et aux tirs à mi-hauteur de Mariama Signate, les vice-championnes du monde 2009 et 2011 se sont toutefois remises à jouer à l'endroit pour mener jusqu'à 13-11, en fin de première période. Mais portées par ses joyaux Katarina Bulatovic et Bojana Popovic, les Monténégrines ont recollé au score juste avant le coup de sifflet des 30 premières minutes (13-13).

Plus tranchantes au retour des vestiaires, les Bleues ont enfin pris le large dans cette rencontre en s'assurant une avance de trois buts dès la 38e minute pour mener 17-14. Réalistes en attaque, les Françaises ont pu compter qui plus est à ce moment du match sur une excellente Amandine Leynaud, à la parade sur deux penaltys et sur plusieurs autres actions chaudes monténégrines. Victimes d'un petit passage à vide au milieu de la deuxième période, "les femmes de défis" comme elles aiment se faire appeler ont vu leur adversaire recoller à 19-18. La fin du match a été particulièrement tendue, avec un score de parité à moins de trois minutes du temps réglementaire (21-21) jusqu'à ce qu'une Monténégrine se fasse exclure deux minutes.
En supériorité numérique, les Bleues auraient dû faire la différence. Mais au lieu de cela, elles ont manqué un penalty et encaissé un but pour se retrouver menées à deux minutes du coup de sifflet final. Sans un but d'Alexandra Lacrabère sur penalty, l'histoire se serait arrêtée là. Mais il était écrit que l'équipe de France ne remporterait pas ce match et c'est sur un penalty, sifflé à la dernière seconde, que le rêve bleu s'est envolé.

Huit mois après leur échec en finale du Mondial au Brésil, les Bleues ont chuté plus tôt dans la compétition, après avoir pourtant survolé la phase de poules, avec notamment une victoire de référence et particulièrement prometteuse contre la Norvège, championne olympique en titre. Il faudra s'interroger sur leur incapacité à afficher de la constance. En revoyant le film de leur prestation, les protégées d'Olivier Krumbholz risquent d'avoir beaucoup de regrets tant elles ont manqué de tuer le match à plusieurs reprises.

 

Les dernières minutes du match