Vous êtes ici

France-Biélorussie : La réaction des Bleus ne s’est pas fait attendre

Olivier Nyokas a été promu titulaire face à la Biélorussie

Olivier Nyokas a été promu titulaire face à la Biélorussie | AFP

Par

Publié le 21/01/2016 | 19:39, mis à jour le 21/01/2016 | 22:51

L’équipe de France de handball, défaite par la Pologne deux jours plus tôt, a entamé le tour principal de l’Euro par une promenade de santé face à la Biélorussie (34-23) ce jeudi à Cracovie. Porté par un Nikola Karabatic étincelant (9 tirs, 9 buts), le groupe de Claude Onesta peut préparer sereinement les deux prochaines rencontres décisives dans la course aux demi-finales, contre la Croatie (samedi) et la Norvège (mercredi prochain).

Le premier tour des Experts s’était achevé sur une fausse note, qui avait fait naître - à juste titre - quelques inquiétudes sur leur capacité à conserver leur couronne continentale. Pas en réussite, Nikola Karabatic (7/22 lors des trois premiers matches) était jusqu'alors le symbole d'un groupe moins dominateur que lors des précédentes compétitions internationales. Ce jeudi, les Tricolores ont remis les points sur les i. Face à la Biélorussie, les champions d'Europe en titre ont réussi une démonstration de force (34-23, 20-5 à la pause!) pour démarrer le tour principal qui doit les lancer vers le dernier carré du tournoi. Un succès net et logique qui va faire du bien au moral des troupes. 

Karabatic, le retour du patron

L’aîné des frères Karabatic donnait le ton d’entrée : après 5 minutes, il avait inscrit tous les buts de la rencontre (3-0) pour lancer les Bleus sur les bons rails. Dans son sillage, les favoris déroulaient avec Cédric Sorhaindo, mais aussi Kentin Mahé et Olivier Nyokas, titularisés sur côté gauche. Grâce au tout jeune Nedil Remili (20 ans et 5 buts ce soir), le groupe de Claude Onesta s’envolait définitivement (14-4). Les Biélorusses ne pouvaient pas réagir et continuaient de sombrer sous les buts de Nikola Karabatic (9/9 aux tirs en première mi-temps !), lequel donnait 15 longueurs d’avance aux Experts à la pause (20-5).

Le meilleur joueur de la planète n’avait plus besoin de rejouer en deuxième période : Claude Onesta faisait tourner son effectif, laissant Benoît Kounkoud (3 buts), Théo Derot (3 buts) et Ludovic Fabregas (2 buts) s’illustrer en sortie de banc. Eteinte pendant 30 minutes, la Biélorussie sauvait son honneur en limitant les dégâts face à des Bleus en roue libre qui ne cherchaient plus qu’à éviter les blessures. "On était déçu du match contre la Pologne, on voulait montrer que c’était une erreur, un mauvais jour, réagira Nikola Karabatic à l’issue de la rencontre, au micro de beIN Sports. En défense, on les a mangés. C’était l’objectif."

Le chemin est encore long

Pour autant, la donne ne change pas : les Français sont toujours dans le rôle du "chasseur", comme l’avait affirmé Luka Karabatic à l’issue du premier tour. La Norvège, invaincue jusqu’alors, a toujours un coup d’avance et les Bleus devront absolument l’emporter mercredi prochain. D'autant que la Croatie n'a fait qu'une bouchée de la Macédoine (34-24) ce jeudi, mettant du coup la pression sur les Experts dans la course pour les demi-finales de l'Euro. La Croatie, quatrième de la dernier édition, compte désormais quatre points, comme les tenants du titre : le duel entre les deux sélections, ce samedi (18h15), s'annonce alléchant - et décisif. 

Vidéo : la réaction de Daniel Narcisse 

 

Sur le même sujet

Euro 2016 : Toute l'actualité et 100% des matchs en direct