Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez Hollande séduit par les Jeux Olympiques

Londres 2012 - Hollande séduit par les Jeux Olympiques

Publié le 31/07/2012 | 09:21, mis à jour le 02/01/2013 | 15:47

Le Président François Hollande enthousiasmé par sa visite aux JO

Le Président François Hollande enthousiasmé par sa visite aux JO (GABRIEL BOUYS / POOL / AFP)

Les Jeux Olympiques en France en 2024? Voilà une idée séduisante. Après l'échec retentissant de la candidature de Paris 2012 face à... Londres, le président de la République François Hollande a conclu sa visite au Jeux en suggérant, peut-être bercé par les valeurs de l'olympisme et sa belle journée, que la France se porte candidate à l'organisation des JO d'été 2024 à Paris ou.... dans une autre ville française.

Et c'est parti! Un président de la république qui se ballade au JO et qui voit des médailles suffit à relancer l'idée des Jeux Olympiques en France, plus précisément à Paris ou dans une autre grande ville française. Après "une journée de bonheur" passée à voguer de sport en sport et de médaille en médaille (les bronzes d'Automne Pavia et Ugo Legrand, l'or de Yannick Agnel), ponctuée de nombreuses rencontres avec les athlètes français, le chef de l'Etat a d'abord pris le temps de saluer l'organisation des Jeux olympiques de Londres. 

Juste avant, dans un Club France rempli comme jamais, de suggérer que s'efface un jour le douloureux souvenir de l'échec du projet Paris 2012. "Si le mouvement sportif s'organise, porte un beau dossier, capable de mobiliser toutes les énergies et de susciter un grand engouement dans le pays, alors, nous pourrions aussi organiser des Jeux. Nous pouvons nous aussi, dans les prochaines années être au rendez-vous", a-t-il lancé à une foule ravie par l'effet d'annonce. Précautionneux, François Hollande a quelque peu tempéré son propos, rappelant que rien n'était fait et qu'il n'était pas venu à Londres pour déposer officiellement une candidature. Il l'a dit et redit: ce n'est pas au Président de la République de lancer et montrer une candidature.La présidence sera le premier soutien. 

"Nous avons un argument"

Pourtant, cette première déclaration a tout pour lancer un projet et fédérer les énergies échaudées par les échecs de Paris et d'Annecy. "Nous allons déposer éventuellement un dossier (...) Nous attendons de savoir ce qui va se prononcer comme choix en 2013 car cela aura des conséquences", a-t-il souligné, faisant référence à la décision qui sera prise quant au pays hôte des Jeux 2020, où trois villes sont encore en lice: Madrid, Istanbul et Tokyo. En effet, l'alternance entre les continents est une règle implicite au CIO. Après les jeux de Rio en 2016, l'Europe ou les Etats-Unis peuvent-ils laisser filer la plus grande compétition de sport. Pas sûr. Autrement dit pour parler d'une candidature en France en 2024, il faut déjà espérer des Jeux à ... Tokyo. Après, il faudra ficeler le projet (autrement dit reprendre la dossier de Paris 2012 qui était très bon et bien plus économe que Londres), trouver le sportif français idoine pour incarner cette candidature (David Douillet?) et la défendre devant les instances du CIO.

Mais selon lui, Paris ou d'autres villes de France auraient quelques raisons d'y croire. "Nous avons l'expérience des échecs, trois ces dernières années et c'est beaucoup. Donc on peut en tirer toutes les leçons pour savoir faire ou comment de ne pas faire", a-t-il commencé par dire. "Il faudra notamment mobiliser tous les acteurs, publics comme privés." "Et nous avons un argument, c'est qu'il n'y a pas eu de Jeux d'été depuis 1924 en France. Donc on a quand même un peu d'impatience car on voudrait bien voir de notre vie durant des Jeux en France et à Paris", a-t-il souligné.

Voir la video

"Journée de bonheur"

Séduit par sa journée olympique, François Hollande est définitivement converti à l'olympisme. "C'était une journée de bonheur. Parfois le travail peut permettre d'accéder au bonheur. C'était une journée consacrée au sport. J'aime le sport, j'aime les sportifs et donc c'était un moment de détente", a-t-il dit. "Ce jour-là, je le garderai longtemps en mémoire car il y avait beaucoup d'émotions", a-t-il ajouté, faisant référence notamment au dernier match de l'escrimeuse de Laura Flessel ou encore à la médaille d'or de Yannick Agnel sur 200 m nage libre, deux épreuves auxquelles il a assisté en spectateur passionné.