Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez L'équitation

Equitation - L'équitation

Publié le 28/06/2012 | 14:15, mis à jour le 02/07/2012 | 17:09

L'équitation

Le cavalier Kevin Staut sur sa monture, Silvana (AFP - MICHEL KRAKOWSKI - BELGA)

LES 6 EPREUVES (toutes mixtes)

Saut d'obstacles : 1 épreuve individuelle, 1 par équipes

Dressage : 1 épreuve individuelle, 1 par équipes

Concours complet : 1 épreuve individuelle, 1 par équipes

LA COMPETITION

Saut d'obstacles individuel : Un 1er tour en 3 étapes qualifie 35 concurrents pour la finale en 2 manches. La 1re manche sélectionne 20 concurrents pour la seconde. Le cavalier qui a le moins de points de pénalité sur l'ensemble des 2 manches est le vainqueur. Barrage éventuel en cas d'ex aequo. En cas de nouvelle égalité, c'est le plus rapide qui gagne.

Saut d'obstacles par équipes (de 3 ou 4 cavaliers) : épreuve en 2 manches. Les points de pénalité des 3 meilleurs de chaque équipe sont additionnés. Barrage éventuel pour les médailles en cas d'ex aequo. En cas de nouvelle égalité, c'est la plus rapide qui gagne.

Dressage par équipes (de 3 cavaliers) : 2 étapes. Les concurrents disputent d'abord le Grand Prix, qui qualifie les 8 meilleures équipes pour l'épreuve finale : le Grand Prix Spécial. Un jury note les cavaliers. Les points des 3 membres de chaque équipe sont pris en compte. L'équipe gagnante est celle qui totalise le plus de points au total du Grand Prix et du Grand Prix Spécial.

Dressage individuel : 3 étapes. Le Grand Prix qualifie les 24 du par équipes (3x8) + les 12 meilleures individualités. Ces 36 concurrents disputent le Grand Prix Spécial. Les 18 meilleurs disputent la finale, une reprise libre en musique.

Concours complet individuel : 4 étapes. Dans l'ordre : dressage, fond et 2 manches de saut d'obstacles. Un seul cheval par cavalier. Le vainqueur est celui qui totalise le moins de points de pénalité. Seuls les 25 premiers du classement général disputent la seconde manche de saut d'obstacles.

Concours complet par équipes (de 3 à 5 cavaliers, seuls les 3 meilleurs étant pris en compte) : 3 étapes. Dans l'ordre : dressage, fond et 1 manche de saut d'obstacles. L'équipe gagnante est celle qui totalise le moins de points de pénalité. Seuls les 3 meilleurs de chaque équipe sont pris en compte.

LES GRANDES DATES

680 av. J.-C.

Aux XXVes jeux Olympiques de l'Antiquité, des courses d'attelages sont organisées pour la première fois à Olympie.

1900

Apparition du saut d'obstacles individuel aux JO. Egalement au programme : le saut en hauteur et le saut en longueur. Seuls des officiers sont admis à participer.

1912

Débuts olympiques du dressage et du concours complet. Absent en 1904 et 1908, le saut d'obstacles individuel revient, assorti d'une épreuve par équipes.

1952

Les épreuves d'équitation sont ouvertes aux civils et aux militaires de tous grades. Les femmes sont admises dans l'épreuve de dressage.

1956

Compte tenu de la législation australienne en matière de quarantaine des chevaux, les épreuves d'équitation des JO de Melbourne se tiennent à Stockholm.

1988

Désormais, toutes les épreuves sont mixtes.

LES STARS

Pierre Jonquères d'Oriola (France)

Le seul doublé. Le seul à avoir gagné 2 titres olympiques individuels en saut d'obstacles, en 1952 et 1964. Il a en outre remporté 2 médailles d'argent par équipes (1964, 1968) et un titre de champion du monde individuel en 1966.

Reiner Klimke (RFA)

Le roi du dressage. Il a remporté 6 médailles d'or olympiques, 1 individuelle en 1984, et 5 par équipes, la dernière en 1988 à l'âge de 52 ans. Un record pour un cavalier, toutes disciplines confondues. Double champion du monde et triple champion d'Europe en individuel.

Mark Todd (Nouvelle-Zélande)

M. Concours complet. Double champion olympique individuel en 1984 et 1988, médaillé de bronze en 2000, il a aussi été vice-champion du monde individuel et champion du monde par équipes en 1998.


Les jeux à l'essai : l'équitation avec Jean-Renaud Adde

Voir la video