Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez La foudre Bolt frappe deux fois

Athlétisme - La foudre Bolt frappe deux fois

Publié le 05/08/2012 | 22:57, mis à jour le 13/03/2013 | 15:42

La foudre Bolt frappe deux fois

Usain Bolt domine la finale du 100 m (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Quatre ans après son titre à Pékin, le Jamaïcain Usain Bolt a remporté le 100 m en 9.63 (nouveau record olympique avec un vent: +1,5 m/s). Dans une course exceptionnelle d'intensité, la plus rapide de l'histoire des Jeux, le désormais double champion olympique a devancé son compatriote et camarade d'entrainement Yohan Blake (9.75) et l'Américain Justin Gatlin (9.79). La légende continue de s'écrire.

Contesté par Blake, mis à mal par son dos, déchu de son titre mondial l'an passé, Usain Bolt est redevenu Usain Bolt: le Roi du sprint. Cool comme à son habitude au départ ou même à l'échauffement avec… Yohan Blake, Bolt a livré une course exceptionnelle de fluidité, de vitesse et de rythme. Il a répondu présent au meilleur moment. Il s'est accroché  à ce qui a fait de lui la Foudre: un orgueil  énorme et une haine de la défaite démesurée, pour se souvenir de ce qu'il veut:  "Être une légende".

"Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent, quand les grands championnats  sont là, je réponds présent", a dit Bolt après sa course répondant ainsi à ceux qui  mettaient en doute son état de forme. "Quand j'ai disputé ma première course  ce matin, je me suis dit "OK, je peux le faire". Je dois avouer que j'étais un  peu inquiet au départ (des séries). Je ne voulais pas faire un nouveau  faux-départ (en référence à son faux-départ en finale du 100 m des  Mondiaux-2011 à Daegu, NDLR)" a expliqué le héros.

Oublié donc le faux départ de Daegu et la perte de sa couronne mondiale au profit de Yohan Blake, beau deuxième en 9.75. Il rejoint l'Américain Carl  Lewis (1984 et 1988 après la disqualification du Canadien Ben Johnson) dans le  club très fermé des doubles champions olympiques. Désormais quadruple champion olympique (deux fois sur le 100 m en 2008 et 2012, 200 m et 4x100 m en 2008) et détenteur  du record du monde du 100m (9.58 en 2009) et du record olympique (9.63 en 2012), Bolt âgé seulement de 25 ans est déjà le plus grand de tous. Un héros générationnel. 

Revivez le 100 m le plus rapide de l'histoire

Détendu sur la ligne de départ

Malgré la pression sur la ligne de départ, le Jamaïcain a fait son "show" comme d'hab,  avec index en forme de pistolet, massage de crâne, mais il a attendu d'avoir  scellé son succès pour reproduire son célèbre signe de l'Eclair.

Un départ correct

"Le temps de réaction, c'est la clé" ne cesse de souligner Bolt. Et bien, il s'est classé 5e en temps de réaction (0,165 sec), "loin" derrière le Néerlandais Churandy Martina (0,139). Mais Yohan Blake (0,179) et Gatlin (0,178) sont un  peu plus lents que lui. Le géant jamaïcain (1,95 pour 94 kg) a donc eu un bon temps de réaction et bien jailli des starting-blocks. "Je suis un peu resté dans les blocks. Je n'ai pas pris le meilleur des départs de ma carrière. Mon coach m'a dit  avant la course: "ne te préoccupe pas du départ car là où tu es le meilleur,  c'est sur la fin"", a déclaré Bolt au micro de la BBC. Néanmoins, ce départ l'a mis dans les meilleures dispositions.

Une accélération réussie

La phase de poussée se met en place. Il l'a tenu jusqu'aux 30 mètres.  Comme en demi-finale, Bolt a réussi à très bien placer sa technique et son pied pour se mettre en rythme. La force de Bolt est d'avoir la plus grosse accélération sur les 30 premiers mètres. Il l'a encore prouvé en étant devant presque tout le monde. Tout juste a-t-il-lancé un regard habituel vers sa gauche, où se trouvaient dans  l'ordre Gatlin, Blake et Gay.  Avant même d'atteindre sa vitesse maximale, il avait déjà la course gagnée. 

Une vitesse maximale décisive au 70 m

Dans ces conditions, Bolt  a atteint sa vitesse maximale qui lui a alors permis de  prendre nettement l'avantage sur ses adversaires aux 60-70 mètres de course. "Les 40 derniers mètres, c'est ma zone de confort", explique-t-il. La foulée de 2,44m s'est mise en action, les appuis, 400 kilos de pression chacun, aussi. Il  n'a jamais coupé son effort et a poursuivi jusqu'à la ligne, sur laquelle il "casse". Inexorablement, il s'est détaché pour finir avec une avance significative sur Blake et Gatlin avec un mètre d'avance. Il exultait, faisait une pirouette sur le tartan et s'arrêtait à toutes les grappes de  supporteurs jamaïcains. Il les créditaient alors de sa marque de fabrique: la position de  l'archer et fait mine de décocher une flèche dans le ciel londonien.

Entre décontraction et exigence, entre travail et ambition, Bolt a encore changé de dimension. Réputé autant pour son talent naturel que pour ses écarts nocturnes et alimentaires, il s'est remis au travail pour se retrouver ces derniers mois pour redevenir lui-même sur la piste. Conquis, le public, en transe, a alors scandé le prénom du Jamaïcain le plus célèbre  au monde, qui lui même est apparu soulagé d'avoir réussi a posé la première brique d'une nouvelle semaine de légende.

Bolt heureux après sa course