Vous êtes ici

Rugby - Le rugby est le plus touché par le dopage

Le terrain d'honneur du CNR de Marcoussis

Le terrain d'honneur du CNR de Marcoussis (FTVSPORT)

Par

Publié le 27/03/2013 | 16:50, mis à jour le 27/03/2013 | 21:04

Le rugby est le sport le plus touché par le dopage en proportion des contrôles effectués par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) en 2012, a annoncé mercredi la directrice du département des analyses de l'AFLD, sans préciser toutefois dans quelle mesure.

"Je me suis intéressée aux sports sur lesquels au moins 400 échantillons  nous sont parvenus (394 pour le basket-ball) en 2012 afin d'avoir des  statistiques fiables. Huit disciplines correspondent à ce critère. Si nous  tenons compte de toutes les molécules interdites présentes sur la liste de  l'Agence mondiale antidopage, le sport qui donne le plus haut pourcentage (de  cas positifs) est le rugby", a déclaré Françoise Lasne devant la commission  d'enquête du Sénat sur l'efficacité de la lutte contre le dopage.

Le plus touché avec ou sans cannabis

"Vient ensuite le football puis l'athlétisme, le triathlon, le basket-ball,  le cyclisme, le handball et la natation. Cependant, la substance dopante la  plus rencontrée est le cannabis", a-t-elle expliqué. La directrice a donc également procédé à ce calcul en excluant le cannabis  "un dopant indirect dans la mesure où il désinhibe, mais qui n'améliore pas  directement la performance". C'est de nouveau le rugby qui apparaît malgré tout comme le sport le plus  touché.

Deuxième sport le plus contrôlé

"Si l'on exclut le cannabis, le rugby reste en tête, devant l'athlétisme,  le triathlon, puis le cyclisme, la natation, le football, le basket-ball et le  handball", a énuméré Françoise Lasne. La directrice de l'AFLD a également dévoilé le nombre de contrôles  pratiqués par l'AFLD dans chacune de ces disciplines et ayant abouti à ces  conclusions. Le cyclisme apparaît ainsi, et de loin, comme le sport le plus  contrôlé en 2012, avec 1812 échantillons analysés. Dans l'ordre apparaissent ensuite l'athlétisme avec 1164 échantillons, le  rugby (588), le football (548), le handball (452), le triathlon (433), la  natation (418) et le basket-ball (394).

22 cas positifs selon la FFR

Après la révélation de l'AFLD, la FFR a tenu a précisé quels étaient les cas positifs. "Nous avons eu cette année 22 contrôles positifs, mais ça ne veut pas dire dopage", a déclaré à l'AFP Christian Bagate, en charge de la lutte antidopage à  la FFR. "Dans ces contrôles positifs, 9 concernent du cannabis et si j'ai bien  compris, elle (la directrice du département des analyses de l'AFLD) les a  éliminés", a détaillé M. Bagate. "Après, j'ai trois AUT (autorisation d'usage à des fins thérapeutiques)  pour un produit anti-asthmatique et trois personnes contrôlées positif mais  condamnées très modestement parce qu'elles ont pris des gouttes dans le nez",  a-t-il poursuivi. "Ensuite, j'ai un défaillant dont tout le monde a parlé car c'est un joueur  qui n'était pas là lors du contrôle le matin (l'arrière-ailier du Stade  Français Djibril Camara, ndlr). J'ai deux +obstructions+, qui n'ont pas voulu  être contrôlés, deux dérivés codéinés dont tout le monde a parlé et qui n'ont  pas été condamnés (les joueurs de Toulon Steffon Armitage et Eifion  Lewis-Roberts)", a énuméré M. Bagate. "Et après, vous arrivez aux deux grands condamnés que nous avons eus, qui ont pris trois ans et un an et demi", a-t-il conclu, se disant "surpris de la  façon" dont les conclusions de l'AFLD ont été présentées. Le débat est lancé entre l'AFLD et les instances fédérales. Mêlée ouverte.