Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez Parker et les Bleus voient trouble

Basket - Parker et les Bleus voient trouble

Publié le 07/07/2012 | 20:05, mis à jour le 07/07/2012 | 22:13

Les Bleus difficiles vainqueurs des Britanniques

Tony Parker avec ses lunettes de protection (MAXPPP - PQR - REPUBLIQUE DU CENTRE - PASCAL PROUST)

Pour son premier match de préparation avec l'équipe de France pour les JO, Tony Parker a connu une très difficile victoire contre la Grande-Bretagne (79-74) à Orléans. Avec ses lunettes de protection pour protéger son oeil opéré le 17 juin dernier, le meneur de jeu n'est resté que six minutes sur le parquet.

Un aller-retour aux Etats-Unis pour voir un médecin mandaté par son club de San Antonio, cela n'aide pas pour être en forme. C'est sans doute pour cela que Vincent Collet n'a donné que peu de temps de jeu à Tony Parker, autorisé depuis hier à jouer avec les Bleus. Pour son premier match de préparation pour les JO, le meneur de jeu des Spurs a débuté le match, a tenté de bien combiner et de trouver le rythme. Avec ses lunettes de protection, TP n'a pas sur-joué, n'a pas tenté d'actions individuelles, mais a permis aux Bleus de rester devant au score. "C'est ce dont on avait convenu", a précisé Vincent Collet, le sélectionneur national. "Après cinq minutes, il était carbonisé, mais ses interventions vont augmenter au fil du temps", a-t-il expliqué.Et Tony Parker ne se fait pas de soucis: "Le préparateur physique m'a ménagé un bon petit  programme. Je sais que je serai en forme aux JO".

Ensuite, cela s'est gâté au cours d'une première période assez brouillonne, au cours de laquelle les Français ont subi l'engagement et l'adresse britannique, ne parvenant pas à imposer ni une défense intraitable ni leur jeu intérieur. A la fin des deux premiers quarts-temps, la Grande-Bretagne menait largement (43-25), avec un Luol Deng au four et au moulin. Le retour aux vestiaires a permis à Vincent Collet de remettre de l'ordre dans la maison, alors que Tony Parker restait sur sa chaise, avec une poche de glace sur le genou.

Diawara meilleur marqueur, mais pas retenu pour Londres

En établissant enfin une défense agressive, en fluidifiant les enchaînements offensifs, en trouvant des solutions notamment avec Yakhouba Diawara, non retenu pour les JO mais auteur de 14 points avant de sortir pour sa 5e faute lors du 4e quart-temps, la France est peu à peu revenue au score. Après 3'20 dans le 3e quart-temps, les Bleus n'étaient plus menés que (45-37), et avant le 4e, ils étaient à -10 (61-51). La France égalisait même (68-68) dans les cinq dernières minutes du match, avant de prendre l'avantage dans les deux dernières minutes (72-69). L'entrée en jeu du Villeurbannais Léo Westerman, appelé pour remplacer TP au cas où, faisait du bien au collectif. Finalement, la France l'emportait (79-74), après avoir bafouillé son jeu 20 minutes, pour montrer un tout autre visage en deuxième période.

Pour les individualités, le temps de Parker est trop faible, et sa fatigue dûe au voyage certainement trop importante, pour le juger. Ronny Turiaf (7pts) a montré qu'il avait toute sa fougue malgré son titre NBA avec Miami. Boris Diaw a été très complet et bien impliqué (14pts), l'un des rares à avoir tiré son épingle du jeu en 1ère période.

Réactions

Vincent Collet (sélectionneur de l'équipe  de France): "On n'a pas abordé ce match avec assez de vigilance. En première  mi-temps, on manque d'intensité défensive. Mais c'est important pour nous  d'avoir gagné, d'être revenu comme on l'a fait, ça peut nous arriver aux jeux  Olympiques d'être à moins 15, moins 20. A la décharge des joueurs, la séance  d'entraînement de vendredi soir, comme celle de la veille déjà, avait comporté  beaucoup d'intensité. L'annonce de la participation de Tony (Parker) aux Jeux a  boosté tout le monde."
Boris Diaw (capitaine de l'équipe de France). "Le sentiment est mitigé,  puisque l'équipe de France a montré deux visages. En première mi-temps, on a  déjoué, on est très mal rentrés dans le match, comme ça nous était déjà arrivés  deux fois contre l'Italie. En seconde période, on a bien réagi, on est bien  revenus. Peut-être qu'on a fait preuve de suffisance inconsciemment, en se  disant qu'on était encore en préparation, qu'on était favori devant la  Grande-Bretagne".
Chris Finch (entraîneur de l'équipe de Grande-Bretagne). "La France, avec  son jeu très physique, a fait la différence en seconde mi-temps. Nous avons  alors perdu beaucoup de ballons, et perdu de la consistance aussi, quand nos  jeunes sont entrés sur le terrain. Mais c'est la première fois que nous sommes  au complet: on a pu voir notre potentiel".

Fiche technique

France - Grande-Bretagne 79-74 (15-24, 25-43, 53-61)
Arbitres: Mme Delauné et M. Matheus et Pierre
Spectateurs: 5.800
France:
26 paniers (dont 3 sur 16 à trois point) sur 63 tirs - 24 lancers francs  sur 32 - 34 rebonds - 20 passes décisives - 12 balles perdues - 20 fautes  personnelles
Marqueurs: Diawara (14), Diaw (14), De Colo (13), Séraphin (11), Pietrus  (7), Turiaf (7), Bokolo (4), Gelabale (4), Westermann (2), Parker (2), Causeur  (1), Kahudi (0)
Grande-Bretagne:
21 paniers (dont 13 sur 25 à 3 points) sur 53 tirs - 19 lancers francs sur  20 - 31 rebonds - 10 passes décisives - 18 balles perdues - 31 fautes  personnelles
Marqueurs: Deng (23), Lenzly (11), Reinking (11), Mensah Bonsu (8), Clark  (8), Freeland (6), Lawrence (5), Archibald (2), Achara (0), Sullivan (0),  Johnson (0), Boateng (0).