Alerte

Tony Gallopin maillot jaune du Tour de France !

Euro - Les Espagnols ont "rendu facile ce qui est difficile"

Publié le 01/07/2012 | 23:48, mis à jour le 02/07/2012 | 00:14

Le collectif espagnol exulte

Le collectif espagnol exulte (PATRICK HERTZOG / AFP)

Le gardien et capitaine de l'Espagne Iker Casillas savoure le titre de championne d'Europe acquis face à l'Italie 4 à 0 après une démonstration totale, aussi bien défensive qu'offensive. Ses coéquipiers sont heureux de cette victoire. Les Italiens, Gianluigi en tête, reconnaissent la supériorité des Espagnols.

"Nous avons rendu  facile ce qui est difficile", a reconnu Iker Casillas, gardien et capitaine de  l'Espagne, championne d'Europe. "Il y aura toujours des critiques parce que nous avons placé la barre très haute. Certains peuvent penser qu'un 4 à 0 c'est facile  contre l'Italie, parce que le match a donné l'impression d'être facile mais  nous sommes vraiment allés en progressant dans ce tournoi. Nous avons joué avec  nos joueurs et leurs qualités. Ils (les Italiens) étaient fatigués. Le 2e but,  celui de Jordi Alba, leur a fait mal. Au retour des vestiaires, ils ont essayé  de revenir mais nous avons pu les contrôler. Il y aura toujours des critiques  parce que nous avons placé la barre très haute et que dès que nous sommes moins  bien il y a des commentaires."

"Mes coéquipiers ont écrit l'histoire avant moi, et maintenant je l'écris avec eux pour mon premier Euro", s'est réjoui le tout jeune latéral Jordi Alba, 23 ans, qui prouve que l'hégémonie espagnole pourrait bien être appelée à durer. J'avais dit à mes amis et à ma famille que j'allais marquer et c'est ce qui s'est passé", a ajouté le néo-Barcelonais.

"Ce sera un été parfait si nous gagnions l'or olympique", a souri l'attaquant l'Espagnol Juan Mata, auteur du quatrième et dernier but. "Tout était beau et j'espère qu'il n'y aura pas deux sans trois (il a également gagné la  Ligue des Champions avec Chelsea). Mais si je le gagne (l'or olympique), je ne vais pas prendre ma retraite, je vais continuer pour tenter de gagner encore  plus de titres. (Sur son statut de remplaçant) Parfois ce n'est pas facile de  patienter, mais j'attendais mon heure. Grâce à Dieu et au destin, j'ai pu  jouer, un peu, mais ça a été suffisant pour marquer. Je suis très heureux."

"Nous avons joué notre meilleur match de l'Euro", a conclu le milieu espagnol Xavi, auteur de deux passes décisives. "Ce fut  un match plein en permanence. A titre personnel, j'ai été bien aujourd'hui  (dimanche), enfin déterminant. J'ai enfin  sorti cette passe en profondeur (vers Alba sur le 2e but de l'Espagne, ndlr)  que je n'avais pas réussie lors des matches précédents, donc je suis satisfait.  Nous avons mis la barre haut, c'est pourquoi les gens attendent à chaque fois  plus de nous, qu'ils exigent la victoire. C'est difficile, mais un défi  grisant. (sur son avenir en sélection à deux ans du Mondial brésilien) Si je me  sens bien je verrai avec le sélectionneur (Vicente del Bosque, ndlr)."

Pour Buffon, l'Espagne a "une valeur inestimable"

"Contre l'Espagne, on accepte plus sereinement de perdre", a reconnu Gianluigi Buffon, gardien et capitaine de  l'Italie. "C'était une belle aventure. En finale, il faut gagner mais  aujourd'hui on a joué contre une équipe d'une valeur inestimable. Merci aux  Italiens qui nous ont soutenus."

Le sélectionneur de l'Italie Cesare Prandelli  a déclaré dimanche que son équipe avait "perdu avec dignité". "On a évolué contre une équipe  exceptionnelle et on a terminé à dix. On aurait pu revenir au score en début de  seconde période mais avec la sortie de Thiago Motta c'est devenu très  compliqué. On les a joués au 1er tour et on avait été excellents. Mais contre une  telle équipe, vous devez être en pleine possession de vos moyens physiques."

Les Espagnols "ont marqué l'Histoire ce soir" a jouté Prandelli. "Cela fait des années qu'ils pratiquent un formidable football. Même s'ils n'ont pas joué avec un  avant-centre de métier, ils nous ont posé beaucoup de problèmes." Devant l'abattement de ses joueurs, l'entraîneur s'est montré philosophe: "Ce sont des expériences qu'il faut vivre et les accepter. Il faut  accepter la défaite et faire en sorte que ça serve de leçon et que ça aide à  grandir."