Alerte

Tour de France : victoire de Matteo Trentin à Nancy
Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez Liu Xiang, la cruelle rechute

Athlétisme - Liu Xiang, la cruelle rechute

Publié le 23/07/2012 | 14:28, mis à jour le 13/03/2013 | 15:42

Liu Xiang, blessé, longe les haies à cloche pied

Liu Xiang, blessé, longe les haies à cloche pied (AFP - JEWEL SAMAD)

Champion olympique à Athènes en 2004, le hurdleur chinois voulait un deuxième titre olympique à Londres. Mais quatre ans après avoir dû se retirer des séries du 110m haies chez lui, à Pékin, son tendon d'Achille, semble-t-il, l'a encore conduit à la défaite, chutant à la première haie. Une poisse olympique. A Pékin comme à Londres, il portait le dossard 1356...

Souvenez-vous: Pékin, août 2008, Liu Xiang est contraint de déclarer forfait au dernier moment pour la course de sa vie. En série du 110 m haies, blessé et trop diminué, la star asiatique décide de s'éclipser à la suite du faux départ d'un concurrent. La douleur s'est réveillée et elle est insupportable. Le public n'en croit pas ses yeux: son champion ne sera jamais champion olympique dans son pays. Quatre ans après,  mêmes maux, conséquences similaires. Alors qu'il est engagé dans la dernière série du 110m haies à Londres, le Chinois ne passe pas la ligne d'arrivée. Ou plutôt il la passe à cloche-pied.

Ce sera l'une des images fortes de ces Jeux Olympiques. L'un des meilleurs hurdleurs du monde, incapable de poser le pied droit au sol comme c'est le cas lorsque le tendon d'Achille casse, et contraint de longer ces haies qui l'ont fait roi à cloche-pied. A peine le départ donné, Liu Xiang s'écroule sur la première haie, et demeure au sol quelques secondes, se tenant le pied droit. Puis, une fois la course achevée, il tente, comme à Pékin, de s'éclipser rapidement, reprenant le chemin par lequel il est entré. Mais en Grande-Bretagne, une entrée, ce n'est pas une sortie, et il est donc contraint de reprendre le chemin de la piste, toujours à cloche-pied, et d'accomplir les 130m qui le séparent de la sortie opposée, non sans s'arrêter à la dernière haie, poser les mains dessus, et réaliser que ses Jeux sont finis presque avant d'avoir commencé. C'est sans nul doute la plus longue et douloureuse ligne droite qu'il a parcourue dans sa carrière.

Dans l'indifférence

Alors que tout le stade n'avait d'yeux que pour le Britannique Andrew Turner, il se rend compte qu'un drame s'est joué, dans l'indifférence générale, et finit par saluer son terrible cheminement avec des applaudissements. Dans une série où deux autres coureurs n'ont pas franchi la première haie, les rescapés viennent en aide à Liu Xiang, pour le soutenir et l'aider à s'asseoir sur une chaise.

Champion du monde 2011, il était l'une des favoris pour l'or olympique à Londres. Mais la capitale anglaise pourrait représenter un coup terrible dans sa carrière, et peut-être même en annoncer sa fin. Après avoir souffert pour revenir au plus haut niveau, à l'âge de 29 ans, il n'est pas certain qu'il puisse le faire une deuxième fois. Destin ou hasard, voilà quatre ans, à Pékin, Liu Xiang portait le dossard 1356. Et c'est ce même numéro qui lui a été donné à Londres...

La chute de Liu Xiang