Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez Menu du jour : Estanguet pour une troisième,...

Londres 2012 - Menu du jour : Estanguet pour une troisième, plateau royal sur 200 m nage libre

Publié le 30/07/2012 | 19:44, mis à jour le 31/07/2012 | 16:28

Tony Estanguet

Tony Estanguet (OLIVIER MORIN / AFP)

Les bassins londoniens vont entrer en fusion ce mardi. Dans la piscine olympique, le 200m nage libre féminin s'annonce magnifique tout comme le relais 4x200m masculin. A Lee Valley, Tony Estanguet voudra sortir sur un troisième titre olympique en canoë monoplace. Le tatami pourrait également chauffer sous les mouvements d'Emane alors que la délégation française d'escrime voudra sortir de sa torpeur…

L'Epreuve du jour : 200 m nage libre féminin

Après son titre sur 400 m nage libre, la française Camille Muffat peut signer le doublé. Deuxième meilleur temps sur la distance cette saison (1'54"66), la Niçoise n'aura pas la tâche facile. Outre la meilleure performeuse mondiale de l'année, l'Américaine Allisson Schmitt, la Niçoise devra prendre le dessus sur Federica Pellegrini, reine absolue de la distance. Déjà titrée sur cette épreuve en 2008, l'Italienne en est double championne du monde (2009 et 2011) et double championne d'Europe en grand bassin (2010 et 2012). Autant dire qu'elle ne laisse que des miettes à ses adversaires depuis quatre ans. Un sacré défi pour Muffat.

Les chances françaises : Gévrise Emane pour étendre son royaume

Championne du monde en titre dans sa catégorie (-63 kg), la judokate française Gévrise Emane est évidemment favorite pour décrocher la couronne olympique et affirmer sa domination. Sur le relais 4x200 m, Agnel, Leveaux et Lefert, déjà titrés sur 4x100, peuvent signer un retentissant doublé dans le bassin londonien en compagnie de Mallet. Côté outsiders, les escrimeurs Le Péchoux (12e mondial) et Sintès (10e) ont l'opportunité de s'illustrer en fleuret, comme les haltérophiles Kingué Matam et Dabaya médaillés européens cette année.

La star à suivre : Tony Estanguet

Le céiste n'est pas venu à Londres en touriste. A 34 ans, le double champion olympique (2000, 2004) veut "rendre une copie propre" sur le bassin de Lee Valley afin de terminer sa carrière sur une bonne note. Il devra pour cela faire mieux qu'à Pékin il y a quatre ans, où le stade des demi-finales lui avait été fatal. Son dernier duel avec Michal Martikan, grand rival historique du Palois, devrait le motiver pour se surpasser.

La finale à suivre : Concours complet d'équitation par équipes

Dans le cadre du magnifique Greenwich Park, classé au patrimoine de l'UNESCO, le concours complet va rendre son verdict. Au terme de trois épreuves aussi différentes que difficiles, du dressage au saut d'obstacles en passant par le cross, la nation possédant les cavaliers les plus polyvalents sera sacrée. Après l'épreuve de cross, l'Allemagne est en tête devant la Grande-Bretagne et la Suède. Mais la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis n'ont pas dit leur dernier mot. Le public britannique, passionné de cette discipline, aura donc un rôle à jouer. Les Français, 9e, n'ont plus rien à espérer.