Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez Menu du jour : Les pistards et une lionne sont...

Londres 2012 - Menu du jour : Les pistards et une lionne sont lâchés

Publié le 01/08/2012 | 12:35, mis à jour le 02/08/2012 | 01:02

Menu du jour : Les pistards et une lionne sont lâchés

Grégory Baugé (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Début ce jeudi des épreuves cyclistes sur piste où la France, emmenée par Grégory Baugé, a de grosses ambitions en vitesse par équipes. En judo, Audrey Tcheuméo, véritable lionne des tatamis, tentera de poursuivre l'état de grâce. Enfin, la délégation tricolore espère bien nager dans l'or en aviron et en kayak...

L'épreuve du jour : Cyclisme sur piste – Vitesse par équipes Hommes

Les seigneurs des anneaux sont de retour. Et comme d'habitude, c'est l'épreuve de vitesse par équipe qui ouvrira le bal sur l'ovale. Avec un duel Grande-Bretagne, peut-être arbitré par l'Australie au programme. Maîtres incontestés de la discipline, les Britanniques seront de nouveau emmenés par "Sir" Chris Hoy, légende vivante de la discipline et vainqueur de trois médailles d'or à Pékin. Le barbu, porte-drapeau de la délégation, devra se méfier d'une équipe tricolore (Baugé-Sireau-D'Alamida), avide de revanche.

Les chances françaises : Tcheuméo a faim

Il n'y a pas que sur le vélodrome que les Bleus peuvent espérer augmenter leur moisson de breloques. Sur le tatami, Audrey Tcheuméo peut créer l'exploit en -78 kilos. Championne du monde, d'Europe et de France l'an passé, l'explosive judokate de 22 ans vise un podium. Au moins. La France a une belle carte à jouer sur l'eau également avec le deux de couple Bahain-Berrest en aviron et Emilie Fer en slalom K1.

La star à suivre : Gregory Baugé

"Le Tigre" est prêt à rugir. Triple champion du monde en individuel (2009, 2010, 2012), Grégory Baugé doit servir de locomotive à ses deux coéquipiers de vitesse par équipe, Kévin Sireau et Michaël D'Almeida (François Pervis étant remplaçant). Ces Jeux doivent être les siens, lui qui avait dû "se contenter" d'une seule médaille d'argent à Pékin. C'était déjà par équipe (avec Sireau, Bourgain et Tournant). Cette fois, cela ne saurait suffire à la bombe tricolore.

La finale à suivre : le 100m nage libre Femmes

Parce qu'il n'y a pas que chez les messieurs que la course reine se dispute. Beaucoup moins médiatisée que le 100m masculin et sa pléiade de stars, l'épreuve féminine n'en revêt pas moins un certain prestige pour la gagnante. A Londres, difficile d'établir une hiérarchie nette entre les concurrentes. Si la jeune Tricolore Charlotte Bonnet (17 ans) s'est révélée un peu tendre des les séries, l'or devrait se jouer entre l'Allemande Steffens, championne en titre et recordwoman du monde mais qui semble en déclin, l'Australienne Schlanger, les Américaines Hardy et Franklin, la Danoise Ottensen, championne du monde en titre ou la Chinoise Tang. Bref, l'incertitude règne…