Vous êtes ici

Nadal dans la partie de Djokovic, Monfils-Berdych d'entrée

Rafael Nadal.

Rafael Nadal. | GABRIEL BOUYS GABRIEL BOUYS / AFP

Par

Publié le 24/05/2013 | 12:06, mis à jour le 24/05/2013 | 21:59

Le tirage au sort du tableau masculin de Roland-Garros a livré son verdict ce matin. Principal enseignement: Rafael Nadal, tête de série N.3 après le forfait de Murray, se retrouve dans la moitié de tableau de Novak Djokovic (N.1). Les deux hommes, finalistes l'an dernier, pourront se croiser en demi-finales. Et pour le Serbe, dès le début ce sera difficile puisqu'il sera opposé au Belge David Goffin. Roger Federer (N.2) affrontera des qualifiés lors de ses deux premiers tours. Côté français, Gaël Monfils, rejeté au-delà de la 100e place, aura la lourde tâche de défier Tomas Berdych (N.5). Gilles Simon sera quant à lui opposé à l'ancien N.1 mondial, Lleyton Hewitt, alors que Benoît Paire jouera Marcos Baghdatis. Les Français n'ont pas été bien vernis au tirage.

Le tableau masculin

La grande interrogation, c'était la position de Rafael Nadal dans le tableau. Après le forfait d'Andy Murray, l'Espagnol avait la pancarte de tête de série N.3. Mais allait-il se trouver versé dans la moitié de tableau de Novak Djokovic, son plus sérieux rival, ou celle de Roger Federer, son souffre-douleur préféré sur terre-battue ? Finalement, le tirage au sort, réalisé par Maria Sharapova, a décidé de placer l'Ibère, qui devra se méfier de l'Allemand Daniel Brands au 1er tour, dans la moitié de tableau du Serbe.

Ce dernier se trouve donc, sans nul doute, avec le parcours le plus difficile. Car non seulement il pourra croiser l'Espagnol en demi-finale, mais en plus il devra d'abord se sortir des griffes de David Goffin dès le 1er tour. Le Belge, 57e mondial, a été la révélation de Roland-Garros 2012, en sortant des qualifications pour vaincre Stepanek, Clément, Kubot et donner bien des émotions à Roger Federer alors qu'il n'était que 128e mondial. L'effet de surprise ne jouera plus cette année, mais le N.1 mondial, plutôt inconstant depuis quelques semaines malgré sa brillante victoire à Monte-Carlo, n'aura pas de tour de chauffe. Et au 3e tour, il pourrait retrouver Grigor Dimitrov (N.26), nouvelle terreur du circuit qui l'a terrassé à Madrid.

Dimitrov, Haas, Wawrinka, Gasquet et Paire dans la moitié de tableau de Nadal et Djokovic

En fait, cette première moitié de tableau a tous les aspects d'un cimetière pour ténors. Outre Dimitrov, il y a aussi John Isner (N.19), mais aussi Fabio Fognini (N.27), Benoît Paire (N.24), mais surtout le Japonais Kei Nishikori (N.13), tombeur de Federer à Madrid, le Suisse Stanislas Wawrinka (N.9), le Polonais Janowicz (N.21) et pour finir Richard Gasquet (N.7). Ce dernier aura une entrée en matière à sa portée, avec l'Ukrainien Stakhovsky (100e mondial) puis un qualifié. Dans cette partie, il pourrait y avoir deux 8e étincelants entre Gasquet et Wawrinka d'un côté, et Paire et Nishikori de l'autre.

Ce ne sera pas un exploit vu qu'il a changé de statut depuis le début de la saison, mais Benoît Paire sera très attendu lors de son entrée en lice face à Marcos Baghdatis. Les deux hommes ne sont en effet séparés que par douze places au classement ATP, et le 26e mondial n'a croisé le Chyptriote qu'une seule fois, cette année, sur dur à Rotterdam, pour une défaite sur abandon au 3e set. S'il joue au niveau qui a été le sien notamment la semaine dernière à Rome (demi-finaliste), l'Avignonnais, qui entre pour la première fois dans un tableau du Grand Chelem en tant que tête de série, passera.

Un boulevard pour Federer

Ce sera bien différent pour Roger Federer, qui bénéficiera de deux premiers tours face à des qualifiés. Sur sa route, en demi-finale, il pourrait retrouver David Ferrer (N.4), une véritable machine notamment sur terre-battue mais qui a subi 14 défaites contre le Suisse en autant de matches. Inutile de dire que l'ancien N.1 mondial bénéficie d'un tableau largement à sa portée. Pas impressionnant depuis le début de la saison, le Suisse a-t-il les moyens de revenir en finale pour la sixième fois de sa carrière ? Jo-Wilfried Tsonga (N.6) aimerait que cela ne soit pas le cas, lui qui pourrait le défier en quarts. Au 1er tour, le N.1 français sera confronté au Slovène Aljaz Bedene, 84e mondial, que Benoît Paire avait dominé cette année sur la terre-battue de Casablanca en trois manches.

L'ancien N.1 mondial pourrait croiser au 3e tour Julien Benneteau (N.30), opposé au Lituanien méconnu Berankis (67e mondial et tombeur de Mayer et Haas cette année) au 1er tour, puis Gilles Simon (N.15) en 8e. Ce dernier, opposé à l'ancien N.1 mondial, Lleyton Hewitt, a une belle carte à jouer. Eh oui, l'Australien est toujours là, et c'est toujours un client sur un court. Désormais 85e mondial, il n'a jamais réussi à battre le Français lors de leurs trois précédents affrontements. Ayant retrouvé quelques repères depuis qu'il a repris un coach, le 17e mondial a les cartes en main. Ensuite, Federer pourrait jouer Tsonga en quarts, et ensuite, Ferrer (N.4), Berdych (N.5) ou Robredo (N.32), autant de joueurs qui ne font pas peur au Suisse, même sur terre-battue.

Berdych n'aime pas les Français à Roland-Garros

Des seize Français présents dans le tableau final (avant peut-être des qualifiés), certains ne sont vraiment pas vernis. Parmi eux, il y a bien évidemment Gaël Monfils. Tombé au 109e rang mondial, il savait qu'il avait toutes les chances d'avoir un 1er tour corsé. Ce sera le cas, puisqu'il aura pour adversaire Tomas Berdych (N.5). Un joueur qu'il n'a jamais battu en trois affrontements passés, mais qui pourrait lui convenir. D'abord parce que le Français vient de remporter le tournoi Challengeur de Bordeaux et se trouve aujourd'hui en demi-finale du tournoi de Nice. Ensuite parce que le Tchèque n'aime pas trop défier les Frenchies chez eux. En 2008, c'est Michael Llodra qui s'était mis en travers de sa route dès le 2e tour. En 2011, il avait été battu d'entrée par Stéphane Robert, 140e mondial issu des qualifications. Ses victoires sur Roger-Vasselin (2010) et Llodra (2012) ne l'ont peut-être pas totalement consolé. Sans pression, face à un joueur dont la surface n'est pas forcément la terre, Monfils, ancien demi-finaliste, a le talent pour réaliser un exploit.

Tipsarevic-Mahut, Gicquel-Verdasco, Mathieu-Nieminen, les Français pas vernis

Parmi les malchanceux français, il y a également Nicolas Mahut (174e mondial), titulaire d'une wild-card et qui doit affronter Janko Tipsarevic (10e mondial), mais aussi Marc Gicquel (126e mondial), opposé à Fernando Verdasco (52e mondial) pour un sacré combat entre deux joueurs qui "ne lâchent rien". Ou Florent Serra (13e mondial) qui retrouve un autre trentenaire, Nikolay Davydenko (46e mondial), qu'il a vaincu en 2007, son seul succès en six matches contre le Russe. Pour Guillaume Rufin, ce sera l'Allemand Tommy Haas (N.12).

Ce ne sera pas facile mais c'est possible pour Paul-Henri Mathieu (76e), remis en selle par sa semaine à Nice (quart de finaliste), confronté au Finlandais Jarkko Nieminen (42e), auteur d'un exceptionnel Monte-Carlo (1/4 de finale). Kenny De Schepper (90e) pourra livrer un beau duel de serveurs avec le Néerlandais Robin Haase (69e), qui l'a dominé voici quelques semaines à Casablanca sur un score très serré (6-2, 6-7, 6-3). Jérémy Chardy (27e mondial) devra faire attention à Benjamin Becker (96e). 310e mondial et seulement âgé de 19 ans, Lucas Pouille fera ses grands débuts à Roland-Garros face à l'Américain Alex Kuznetsov (172e). En cas d'exploit, il pourrait retrouver Dimitrov au 2e tour. Match également largement à la portée d'Edouard Roger-Vasselin, face à l'Argentin Alund, ainsi que pour Michael Llodra, opposé à un qualifié.

Vidéo: Le résumé du tirage au sort Voir la video

Sur le même sujet