Tour de France - Nibali seul à tutoyer les Sky

Publié le 18/07/2012 | 18:26, mis à jour le 18/07/2012 | 20:39

Nibali seul à tutoyer les Sky

Vincenzo Nibali (Liquigas) attaque dans le col de Peyresourde (JOEL SAGET / AFP)

Sauf accident, le podium du 99e Tour de France est connu. Il s’est dessiné clairement dans ce premier contact avec le massif pyrénéen. Cadel Evans et Jurgen Van den Broeck saoulés par l’accélération des Liquigas et les attaques de Nibali, sont les grands perdants du jour. Le Sicilien a lui pris une option quasi définitive sur le podium derrière Wiggins et Froome.

Le train vert a mis du temps à démarrer mais il a produit son effet. Pas sur les Sky qu’aucune tempête ne ferait vaciller. En revanche, cette petite rafale sur le peloton a eu raison d’un Cadel Evans en pleine déroute dès le col d’Aspin. L’Australien en mode élastique puis définitivement hors-jeu dans Peyresourde, il restait Van den Broeck à éliminer pour les Liquigas. Avec Ivan Basso en métronome puis Vincenzo Nibali au dernier étage de la fusée, le groupe des favoris explosait. « C’était une étape difficile car il y avait quatre cols, raconte Nibali. Aujourd’hui on a pris un peu les choses en mains avec l’équipe. J’ai essayé d’attaquer mais à la fin j’avais les jambes en feu et elles avaient du mal à répondre. » L’Italien prenait plusieurs fois quelques hectomètres d’avance sur Wiggins et Froome mais les deux Anglais revenaient à chaque fois au train. Alliés de circonstance, ils finissaient par rouler de concert pour se retrouver dimanche sur le podium à Paris. « Il a encore beaucoup essayé mais aujourd’hui les Sky marchaient encore très vite, explique le directeur sportif des Liquigas Stefano Zanatta. Ils sont restés proches lors des attaques de Vincenzo. »

Nibali veut une étape

A l’arrivée, les Liquigas pouvaient se montrer satisfaits de leur journée. « Il a fait son possible pour être le mieux classé et je pense qu’il n’aura pas de regret à la fin du Tour, reprend Zanatta. C’est sûr que c’est encore mieux qu’hier car Evans et Van den Broeck ont perdu du temps. » Avec Froome à 18 secondes, il y a encore une place à gagner. Mais Nibali la veut-il vraiment ? « Froome n’est toujours pas très loin mais il marche bien en contre-la-montre, indique Zanatta. Il verra si les jambes sont bonnes pour aller chercher Froome demain ou samedi. Mais avoir le podium un peu plus sûr c’est déjà très bien. » Le Requin de Messine est lui surtout attiré par la saveur d’une victoire d’étape sur le Tour. « Je suis sur le podium mais je pensais faire mieux sur cette étape. On verra demain car il y a une étape de montagne mais, même si je fais quelque chose de bien sur ce Tour, il me manque une victoire d’étape. » Une victoire italienne à Peyragudes, ça aurait de la gueule !