Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez Onze athlètes à surveiller à Londres

Londres 2012 - Onze athlètes à surveiller à Londres

Publié le 24/07/2012 | 16:01, mis à jour le 27/07/2012 | 15:17

Onze athlètes à surveiller à Londres

Usain Bolt (AFP - ADRIAN DENNIS)

Ils seront la lumière des Jeux. Leur performance est attendue dans leur pays et partout ailleurs. Ces onze athlètes vont marquer de leur empreinte les Jeux Olympiques 2012.

Usain Bolt (JAM/Athlétisme)

LA star des Jeux de Pékin il y a 4 ans. "Lightning Bolt" est entré dans la légende olympique. Le Jamaicain, triple champion olympique (100, 200, 4x100m), est pratiquement imbattable dans les grandes occasions. Seule tâche sur son palmarès, la disqualification pour faux départ en finale des Mondiaux de Daegu en 2011. Nul doute qu'il aura à coeur de laver l'affront. Attention, il faudra être à l'heure car ça va aller vite, très vite.

Yelena Isinbayeva (RUS/Athlétisme)

La "Tsarine" sublime une partie de la devise olympique: "Toujours plus haut". Depuis son premier record du monde à 4m82 en 2003, elle ne cesse de l'améliorer. Pour l'instant, elle s'est arrêtée à 5,06m. Bien plus haut que le toit d'un bus londonien à impériale. Cinq fois championne du monde, elle a l'occasion de devenir la première athlète femme à remporter trois titres olympiques après ceux d'Athènes et de Pékin.

David Rudisha (KEN/Athlétisme)

Dans la longue lignée des Kényans spécialistes du 800m, Rudisha domine sa discipline. Visant avec assurance le titre olympique, il peut frapper très fort en devenant le premier athlète à descendre sous les 1'41" sur le double tour de piste. Ses performances ne laisseront pas indifférent Sebastian Coe, président du Comité d'organisation. Le Britannique a lui-même détenu le record du monde du 800m en son temps et a été une "source d'inspiration" pour Rudisha.

Kenenisa Bekele (ETH/Athlétisme)

Dans l'ombre de Bolt à Pékin, il y a pourtant réalisé un fabuleux doublé sur 5 000 et 10 000m. Détenteur des records du monde sur les deux distances, il sera sans aucun doute l'homme à battre à Londres. Si il a du renoncer au 10 000m aux championnats du monde de 2011, il n'en demeure pas moins l'un des plus grands coureurs de fond de l'Histoire. Si les blessures le laissent tomber, il sera favori sur les deux distances, encore une fois.

Mark Cavendish (GB/Cyclisme)

Le meilleur sprinter du monde n'a qu'une seule idée en tête: devenir champion olympique sur ses terres. Fort de trois victoires d'étapes sur le dernier Tour (23 au Total) et d'une équipe (enfin) à son entière disposition, il est l'un, sinon le favori, de la course en ligne de samedi. Maillot vert du Tour en 2011, Milan-San Remo 2009, double champion du monde sur piste (2005 et 2008) de l'américaine, il ne manque qu'un titre olympique sur route pour compléter le formidable palmarès du "Missile" de l'Île de Man.

Michael Phelps (USA/Natation)

"Le Water Cube" de Pékin restera à jamais sa maison. Huit médailles d'or, record sur une édition, et un statut à faire pâlir Usain Bolt. Peu de gens doutent de sa capacité à augmenter son nombre de podium olympique, 16 au total. Ses derniers jeux devraient être ceux de la consécration totale pour lui. Avec "seulement" deux titres, il égalera Larissa Latynina, gymnaste russe médailées 18 fois aux Jeux de Melbourne (1956), Rome (1960) et Tokyo (1964).

César Cielo (BRE/Natation)

L'homme le plus rapide de l'Histoire sur 100m (46"91"). César Augusto Cielo Filho de son nom complet est une figure du sprint mondial. Sa course de prédilection? Le 50m. Distance sur laquelle il est champion olympique et double champion du monde en titre. Son duel avec la nouvelle bombe australienne, James Magnussen, devrait faire des étincelles. Cielo, 25 ans, a encore de beaux jours devant lui mais il n'attendra pas les Jeux de 2016 chez lui à Rio, pour briller.

Katie Taylor (IRL/Boxe)

La boxe féminine fait son entrée aux Jeux à Londres et l'Irlandaise entend bien en profiter pour compléter sa collection de trophées. Quatre fois championne du monde et cinq fois championne d'Europe, elle a aussi été internationale de football. Véritable star dans son pays, elle sait cultiver son image en rencontrant Barack Obama ou en rapant avec Tinie Tempah. Chrétienne et très croyante, elle a fait office de Grand Marshal lors de la parade de la Saint-Patrick, l'an dernier, à Dublin.

Teddy Riner (FRA/Judo)

La star française de ces JO de Londres. Le colosse de la Guadeloupe arrive dans la capitale anglaise dans la peau d'un hyper-favori. Cinq fois champion du monde, deux fois champion d'Europe, il ne manque qu'une médaille d'or Olympique pour faire de Riner une légende du judo, et du sport en général. A Pékin, pour ses premiers Jeux, et à 19 ans, il avait décroché un bronze "décevant" selon ses propres termes. A Londres, il devra gérer la pression inhérente à son statut mais il arrive avec une telle confiance qu"on n'imagine pas autre chose que la plus haute marche du podium pour Teddy.

Roger Federer (SUI/Tennis)

Wimbelon est son jardin. Sept fois vainqueur à Londres, le Suisse, redevenu numéro un mondial après son succès sur le gazon anglais, arrive en favori ultime à la succession de Rafael Nadal, absent pour ces Jeux. Vainqueur de 17 Grands Chelem, détenteur de nombreux records, meilleur joueur de l'Histoire du tennis, le Suisse n'est pas rassasié. L'Or olympique l'obsède. Londres est sa dernière chance. Happy end?

Lebron James (USA/Basket)

Le "King". Le symbole de l'équipe américaine qui pense pouvoir concurrencer la "Dream Team" de 92. Si, contrairement à Kobe Bryant,, il ne multiplie pas les sorties médiatiques pour comparer son équipe à celle de 92, il n'en demeure pas moins que James veut frapper fort. Le tournoi de basket sera un moment fort des JO et "The Choosen One" (l'élu) a la possibilité de compléter sa fabuleuse saison: MVP de la saison régulière, Champion NBA, MVP des Finales avec un nouveau titre olympique. Un formidable quadruplé que seul Michael Jordan a réussi.