Vous êtes ici

Rallye

Rallye de Monte-Carlo: Loeb, un absent si présent

Sébastien Loeb au départ du rallye de Monte-Carlo 2013

Sébastien Loeb au départ du rallye de Monte-Carlo 2013 (DR)

Par

Publié le 15/01/2013 | 14:16

Champion du monde des rallyes de 2004 à 2012, recordman des victoires en rallye (76), Sébastien Loeb ne prendra pas part à la totalité de la saison du championnat du monde WRC, qui débute mercredi à Monte-Carlo. Mais l'Alsacien sera tout de même au départ à Valence, ainsi qu'en Suède, en Argentine, et en Alsace. Une présence médiatique encombrante pour ses rivaux, qui vont se disputer sa succession.

Sébastien Loeb est à la retraite du rallye. Enfin, pas complètement. Bien décidé à tenter l'aventure du super-tourisme, l'Alsacien prendra part à quatre épreuves du championnat du monde WRC. Le Monte-Carlo, dont il est le tenant du titre, puis la Suède, soit les deux premières épreuves de la saison, avant de revenir sur la 5e, en Argentine, pour terminer avec "son" rallye d'Alsace, l'antépénultième en octobre. S'il abandonne sa couronne mondiale, qu'il n'avait laissé à personne depuis 2004, le Français n'abandonne pas la lumière. Car chacune de ses apparitions amènera une attention supplémentaire sur la compétition. Et s'il demeure le plus rapide du plateau, le nonuple champion du monde risque d'attiser les jalousies de ses futurs ex-rivaux.

Loeb toujours là pour gagner

"Dans la mesure où nous avons gagné six fois lors de nos sept dernières  participations, il est difficile d'envisager un autre résultat que la première  place", a reconnu Sébastien Loeb à la veille du début du  81e rallye de Monte-Carlo. Sur ces terres, le pilote Citroën s'est imposé à six reprises depuis 2002. Ses deux autres participations à ce rallye, dans une voiture pour gagner,  se sont soldées par des deuxièmes places. L'une à cause d'une pénalité en toute  fin de rallye, suite à un changement de pneus aussi inutile qu'interdit après  la dernière spéciale, en 2002, et l'autre à cause d'une sortie de route suivie  d'une incroyable remontée, en 2006. Absent de 2009 à 2011, Loeb , alors au sommet de son art, a raté trois victoires possibles à Monaco, quand l'épreuve ouvrait le Challenge  intercontinental des rallyes (IRC), moins coté que le Mondial WRC.

Pour sa succession, Citroën a misé sur Mikko Hirvonen, qui faisait équipe l'an dernier avec Loeb, et Dani Sordo, qui l'avait accompagné de 2006 à 2010.Quatre fois vice-champion du monde, derrière Loeb , Hirvonen, 15 victoires  en WRC, est un grand spécialiste de la récolte de points. Sa régularité en toutes circonstances et son nouveau statut de leader de  Citroën Racing, l'écurie huit fois championne du monde des constructeurs, grâce  à Loeb, en font le digne héritier. L'Espagnol, malgré 32 podiums, n'a jamais gagné.

Loeb et Hirvonen pointures de VW

La concurrence porte deux noms: Sébastien Ogier, ancien de la maison Citroën passé chez Volkswagen, et son coéquipier Jari-Matti Latvala, arrivé de Ford. Ancien grand rival de Loeb, le pilote français a passé une année à développer la Polo-R. Il va devoir être très bon, car grâce à ses moyens  financiers la marque allemande a pu débaucher de chez Ford une autre  "pointure", Jari-Matti Latvala, sept victoires en WRC, comme Ogier. Le Finlandais de 27 ans, plus jeune vainqueur de l'histoire du WRC (Suède  2008) vient d'arriver chez VW et peut aussi prétendre au trône très convoité de  Loeb . Il devra se montrer patient, ce qui n'est pas sa qualité première. Et les VW devront prouver leur fiabilité, avec cette Polo-R qui a réalisé 20 000km d'essais aux quatre coins du monde.

Ford sera le troisième larron de cette saison 2013, malgré son retrait en tant qu'écurie officielle. Avec trois  jeunes pilotes très doués: le Norvégien Mads Ostberg, surprenant 4e du  championnat 2012, le Russe Evgueny Novikov et le Belge Thierry Neuville, dans  des Fiesta RS préparées par M-Sport, autour du Qatari Nasser Al-Attiyah,  vainqueur du Dakar 2011 et grand amateur de rallye.