Partagez ce contenu avec vos amis Activer le partage

Vous lisez De l'or en barre pour Lavillenie

Athlétisme - De l'or en barre pour Lavillenie

Publié le 10/08/2012 | 22:29, mis à jour le 13/03/2013 | 15:42

Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie (AFP - JOHANNES EISELE)

Archi-favori avant l'épreuve de saut à la perche, Renaud Lavillenie a assumé son statut en décrochant l'or olympique. La neuvième médaille dorée du contingent tricolore. Le Français s'est imposé en franchissant une barre à 5,97m sur son dernier essai. Sur le podium, il devance les Allemands Bjorn Otto et Raphael Holzdeppe (à 5,91m). Romain Mesnil termine 9e.

Revoir le saut de Lavillenie à 5,97m

Il l'a fait ! Champion du monde en salle et champion d'Europe en 2012, Renaud Lavillenie attendait la consécration avec la quête de son Graal : le titre olympique. A Londres, le sacre lui tendait les bras. Encore fallait-il saisir sa chance. Ce vendredi, il l'a fait. En s'imposant dans le stade olympique de Londres (5,97m, record olympique à la clé), il a mis fin à 16 ans d'attente pour la délégation tricolore depuis le titre de Jean Galfione à Atlanta en 1996. Les Allemands Bjorn Otto (5,91m) et Raphael Holzdeppe (5,91m) complètent le podium. Un podium identique à celui du dernier championnat d'Europe. Le second français de la finale, Romain Mesnil, a terminé 9e.

On le sait, le saut à la perche fait partie de ses sports où être le favori ne suffit pas. Les bilans mondiaux avaient beau faire de lui le patron de cette finale, il s'agissait pour Renaud Lavillenie de ne pas faillir. Et le Français a tenu bon, au terme d'un concours irrespirable où la concurrence d'Otto et de Holzdeppe a bien failli le faire tomber.  "C'est indescriptible ce  que je vis là, a-t-il commenté à l'issue du concours. J'ai fait un concours incroyable avec des bonnes sensations,  j'ai eu le petit doute, quand je me suis retrouvé le dos au mur avant le saut de la victoire. Franchir 5,97 m sur le moment le plus important de ma jeune carrière, c'est  génial".

Lavillenie : "Le moment le plus important de ma jeune carrière"

Les deux Allemands ont en effet relancé le concours alors que Lavillenie pensait avoir fait le plus dur. En passant tous les deux 5,91m au premier essai, ils l'ont obligé à franchir une barre à 5,97m pour être sacré champion olympique. Ce qu'il a fait, à son dernier essai. L'or était à ce prix.

Rien ne laissait présager une fin de soirée aussi tendue. En débutant son concours à 5,65m, Lavillenie avait tout de suite rassuré ses supporteurs. Dès son premier essai, il montrait avoir pris la mesure d'un sautoir difficile à l'heure où ses rivaux connaissaient leurs premiers déboires. Idem à 5,75m et à 5,85m où il franchissait la barre sans trembler. Le premier échec arrivait à 5,91m, sous la pression de Bjorn Otto et Raphael Holzdeppe, qui venaient de passer la barre au premier essai.

Mais en champion qu'il est,  Lavillenie ne s'est pas résolu à laisser le titre lui échapper. Sa dernière chance a été couronnée de succès. Le Français succède donc à l'Australien Steve Hooker, titré en 2008 et dernier du concours. Jean Galfione, dernier médaillé d'or olympique français peut se frotter les yeux. 16 ans plus tard, la relève est assurée. Lavillenie est tout là-haut perché.