Londres 2012 - Retour aux sources pour les Paralympiques

Publié le 22/08/2012 | 13:26, mis à jour le 22/08/2012 | 13:26

Retour aux sources pour les Paralympiques

Oscar Pistorius lors des Jeux Olympiques de Londres (OLIVIER MORIN / AFP)

La flamme brillera de nouveau dans le stade olympique de Londres à partir du 29 août pour les XIVe Jeux paralympiques, ouverts aux sportifs handicapés et présentés par les organisateurs comme les plus importants de l'histoire.

Plus de 165 pays devraient y participer, davantage qu'à Pékin il y a quatre  ans, et le nombre de sportifs passera de moins de 4.000 à environ 4.200, selon  les organisateurs. Le Comité paralympique international (IPC) table sur des compétitions à  guichets fermés --2,2 millions de billets sont déjà vendus-- et sur 4 milliards  de téléspectateurs, un record. La Chine avait fait très fort en 2008 en organisant déjà des Jeux record  (nombre de pays, couverture médiatique...) et en affirmant que les  Paralympiques étaient aussi importants que les Jeux olympiques.  "Il y a un +buzz+ extraordinaire autour des Jeux, tout le monde en parle et  attend le coup d'envoi", s'est félicité Philip Craven, président de l'IPC, dans  un entretien à l'AFP. Les Jeux de Londres constituent un retour aux sources puisque c'est près de  la capitale britannique, à l'hôpital de Stoke-Mandeville, que le Dr Ludwig  Guttman eut l'idée de faire jouer au basket, en fauteuil roulant, des blessés  de guerre. En 1948, il organise des Jeux mondiaux pour les amputés et personnes en  fauteuil roulant. De cette initiative est né le mouvement paralympique, qui connaîtra ensuite  ses premiers Jeux à Rome en 1960.

Pistorius star des Jeux

Cinquante-deux ans plus tard, les athlètes handisport tenteront jusqu'au 9  septembre d'oublier et de faire oublier leur handicap pour se concentrer sur  les performances sportives. Les Britanniques s'emploieront à imiter le succès de leurs homologues  valides, qui ont fini troisièmes des jeux Olympiques, avec 29 médailles d'or  (et 65 en tout), derrière la Chine et les Etats-Unis. En handisport, ces trois pays forment avec l'Ukraine un top 4 au palmarès  inégalé. La Chine avait raflé 211 médailles dont 89 en or en 2008. Derrière, l'Australie, l'Afrique du Sud, le Canada, la Russie et le Brésil,  qui accueillera les Jeux de 2016, font aussi partie des meilleurs. Quant au Sud-Africain Oscar Pistorius, il sera certainement la star des Jeux. Amputé des deux jambes et équipé de lames en carbone, "Bladerunner" court  aussi vite que certains sprinters valides, au point d'avoir pu participer aux  JO de Londres. Il a atteint les demi-finales du 400 mètres et couru la finale  du relais 4x400 m (mais fini dernier). Londres marquera le retour du "sport adapté", réservé aux déficients  intellectuels, qui avait été exclu des Jeux à Sydney en 2000, après une  tricherie de l'équipe espagnole de basket. Deux cents athlètes déficients intellectuels s'affronteront dans trois  sports: le tennis de table, la natation et l'athlétisme.