Tour de France - Roche : « J’avais promis d’attaquer »

Publié le 20/07/2012 | 17:09, mis à jour le 20/07/2012 | 18:08

Roche : « J’avais promis d’attaquer »

Nicolas Roche (AG2R-La Mondiale) (PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN)

Tout près de s’imposer dans le final à Brive, Nicolas Roche a vu débouler l’extra-terrestre Cavendish. Pas de regret pour l’Irlandais qui espère rentrer dans le Top 10 du Tour de France grâce au contre-la-montre entre Bonneval et Chartres.

 

Question : Ce n’est pas passé loin pour vous ?
Nicolas Roche : « J’ai tout donné sans réfléchir. J’avais promis que j’allais attaquer une fois. Je n’avais pas pu le faire dans la haute montagne. A ma grande déception, les autres étaient bien plus forts. Aujourd’hui c’était un terrain qui me convenait un peu mieux. Il y a eu la guerre toute la journée. Je me suis dit pourquoi pas tout donné aujourd’hui et essayer de jouer la victoire d’étape. »

Q : Une bombe est passée devant vous à 200 mètres de l’arrivée…
NR : « Waouh ! C’était impressionnant. J’ai du lancé tôt le sprint. On les voyait débouler derrière dans la dernière ligne droite. Je savais qu’en y allant si tôt j’avais de grandes chances de perdre face à Luis Leon Sanchez. Puis j’ai vu déboiter Cavendish à droite de la route. Luis Leon s’est mis en roue libre et moi je n’avais plus rien dans les jambes. »

Q : Vous espériez faire un petit rapproché au général ?
NR : « Ce n’était pas les quatre secondes gagnées qui allaient me remettre cinquième du général. J’ai tout donné pour la victoire d’étape. Aujourd’hui je voulais me débarrasser de Klöden mais il était au marquage. Ce sera l‘homme à battre demain. J’ai une grosse minute à aller chercher sur Thibaut Pinot. J’ai un petit avantage théorique sur lui mais il est en excellente forme et il l’a montré hier à Peyragudes. Ma crainte vient surtout de derrière, de Klöden, qui est à une minute (à 1’11’’). »

Roche: "Je voulais l'étape"

Voir la video