Vous êtes ici

L'Angleterre marche sur Rome

Mako Vunipola (Angleterre)

Mako Vunipola (Angleterre) | ALBERTO PIZZOLI / AFP

Par

Publié le 14/02/2016 | 16:46, mis à jour le 14/02/2016 | 17:29

Le XV de la Rose s'est largement imposé contre l'Italie au stade Olympique de Rome ce dimanche (40-9). Malmenés jusqu'à la 50e minute où les Italiens n'étaient qu'à deux petits points (11-9), les partenaires de Dylan Hartley ont ensuite porté l'estocade en passant à leurs hôte un 29-0 ! Ils ont profité de leur dimension physique supérieure et du travail de sape de leur pack pour s'envoler au score. Les trois-quarts blancs ont fait parler leurs cannes pour inscrire cinq essais dont trois pour le seul Jonathan Joseph. L'Angleterre reste invaincue dans ce Tournoi des 6 Nations comme le pays de Galles, vainqueur de l'Ecosse (27-23) hier, et comme le XV de France, tombeur de l'Irlande (10-9). L'Italie devrait jouer la cuillère de bois face à l'Ecosse.

Carlo Canna ouvrait le score dès la 9e minute après une bonne entame italienne et un hors-jeu anglais (3-0). Trois minutes plus tard, Owen Farrell égalisait après une bonne poussée de la mêlée blanche (3-3). Dans la foulée, Ben Youngs prenait le trou mais il préférait ralentir son action plutôt que de foncer vers le poteau de coin. Immédiatement après, les Anglais renversaient la pression et Ford donnait l’avantage aux siens après la sortie temporaire de Farrell pour protocole commotion (3-6).

L’Italie tient tête à l’Angleterre

Dans les instants suivants, l’Italie réagissait et obtenait une pénalité. Canna ratait le drop mais l’arbitre revenait à la pénalité et l’ouvreur italien ajoutait trois points (6-6, 19e). Entreprenante, la Squadra embêtait les All Whites en insistant sur les mauls et en poussant à la faute leurs rivaux : malheureusement pour les Transalpins, Garcia manquait sa tentative de loin.

A la 25e minute, l’Angleterre trouvait enfin la faille dans la défense adverse en exploitant bien un bon pressing pour envoyer Ford en terre promise via Youngs, Vunipola et Farrell qui trouvait le poteau sur sa transformation (6-11). L’Italie n’abdiquait pas pour autant, mettant du cœur à l’ouvrage. Canna perçait pour amener les siens à 5 mètres de la ligne puis le ballon sortait vite pour Parisse au ras du regroupement. Le plaquage haut de Youngs était sanctionné par Monsieur Jackson et Canna ajoutait trois unités (9-11, score à la pause).

 
 

L’Angleterre attaquait mieux la seconde période que la première mais ils se faisaient de nouveau sanctionner en mêlée ouverte. Puis ils offraient une nouvelle pénalité aux locaux après une faute de Robshaw dans un ruck (coup de pied sans être passé par l’axe), mais Canna manquait la cible (50e).

Les Anglais accélèrent et déroulent

C’était le tournant du match. Au lieu de repasser devant, l’Italie encaissait un cruel essai sur interception, Jonathan Joseph s’emparant du cuir sur la mauvaise passe de Sarto vers Campagnaro (9-16 après la transformation de Farrell, 53e). Cinq minutes plus tard, les hommes d’Eddie Jones tuaient définitivement le match : gros travail du pack, Dany Care alerte Joseph d’un maître coup de pied rasant pour un essai entre les perches. Farrell transformait (9-25) avant de rajouter trois points (9-28).

 
 

Jonathan Joseph enfonçait le clou à dix minutes du terme en inscrivant son troisième essai personnel, son 8e en 17 sélections. Avant que Farrell n’ajoute sept points en marquant un essai (sur passe de George) transformé par ses soins : 9-40, le score était très lourd pour l’Italie mais logique tant les joueurs de Jacques Brunel avaient baissé de pied dans cette dernière demi-heure.

 
 

Sur le même sujet

Euro 2016 : Toute l'actualité et 100% des matchs en direct