Vous êtes ici

Julien Lizeroux comme un Phoenix sur la 1re manche du slalom de Zagreb

Julien Lizeroux dans on habituel style agressif entre les piquets

Julien Lizeroux dans on habituel style agressif entre les piquets | REUTERS - ANTONIO BRONIC

Par

Publié le 05/01/2017 | 16:11, mis à jour le 05/01/2017 | 16:53

A 37 ans, après de multiples pépins physiques, Julien Lizeroux a retrouvé les sommets lors de la 1re manche du slalom de Zagreb. Le double vice-champion du monde 2009, qui n'est plus monté sur un podium de Coupe du monde depuis le slalom de Munich en janvier 2011, s'est emparé d'une superbe 2e place, à 5 centièmes de l'Autrichien Manuel Feller. Le skieur de La Plagne dispose de 23 centièmes d'avance sur l'Américain Engel et 33 sur Marcel Hirscher, le maître de la discipline. Alexis Pinturault est dans le coup avec le 10e temps, à 68 centièmes du premier.

Du brouillard, des chutes de neige. Les conditions étaient extrêmes lors de la 1re manche du slalom de zagreb. Mais c'est souvent dans ce genre de circonstances que Julien Lizeroux fait parler tout son talent. Du haut de ses 37 ans, et de ses nombreuses années sur le circuit blanc, le skieur français aime ce qui sort des sentiers battus. Et c'est un homme de défi.

Vice-champion du monde de slalom et de combiné en 2009 à Val-d'Isère, passé comme toute l'équipe de France au travers des Jeux Olympiques de Vancouver, il avait subi un gros coup d'arrêt, avec une opération du tendon quadricipital en 2011. A l'époque, il faisait partie des meilleurs slalomeurs du monde. A l'époque, il avait serré les dents plusieurs mois pour tenter de défendre ses deux médailles d'argent mondiales, lors des championnats du monde 2011 de Garmisch-Partenkirschen. Mais il avait dû s'avouer vaincu, en larmes, juste avant le début des épreuves. Mais tout cela n'était rien à côté de son chagrin, survenu à l'été 2008, avec la mort accidentelle de son frère aîné Yoann lors d'un saut en basejump. D'autres auraient pu tout abandonner. Pas lui. Cet événement a compté dans sa vie d'homme, mais aussi dans sa vie de sportif de haut niveau et sa façon d'aborder les compétitions. 


Lire aussi: Julien Lizeroux et ses doutes avant son opération en 2011


Une lente ascension

En 2011, l'opération était devenue inéluctable. Mais sans aucune certitude de retrouver des aptitudes pour faire du sport de haut niveau. Néanmoins, il a foncé, et s'est relevé. Petit à petit, sans jamais baisser les bras. Et il a rechaussé les skis. Lui, l'attaquant en force a changé son style. Obligé. Il est repartie sur le circuit européen, pour retrouver les sensations et le rythme. En janvier 2014, il retrouve le bonheur de finir deux manches de slalom en Coupe du monde, à Wengen (21e). A Sotchi, aux JO de la même année, il prend la 15e place. En janvier 2015, le voilà dans le Top 10 à Adelboden (9e), et en décembre de la même année, il se hisse à la 5e place du slalom de Val-d'Isère. Bref, comme n'importe quel skieur, il se bat pour remonter la pente.

Et cette superbe 1re manche est une juste récompense pour Julien Lizeroux, membre important du groupe France depuis des années. Reste à confirmer en deuxième manche, pour tenter de retrouver un podium qu'il n'a plus connu depuis sa 2e place à Munich en janvier 2011. Voici 6 ans.

Sur le même sujet

Dakar : A suivre en direct