Vous êtes ici

Open d’Australie : Monfils trop court face à Raonic

Gaël Monfils

Gaël Monfils | GREG WOOD / AFP

Par

Publié le 27/01/2016 | 12:03, mis à jour le 27/01/2016 | 14:27

Gaël Monfils n’a pas réussi à se qualifier pour sa deuxième demi-finale en Grand Chelem, ce mercredi à Melbourne. Le Français (N.23) s’est incliné en quatre manches (6-3, 3-6, 6-3, 6-4) devant un Milos Raonic impressionnant de puissance et de sérénité. La tête de série N.13, qui évolue à un niveau proche du top 5, a nettement dominé la rencontre si l’on excepte son trou d’air au deuxième acte (47 points gagnants à 36). Deux ans après sa demi-finale perdue à Wimbledon contre Roger Federer, le Canadien affrontera vendredi Andy Murray (N.2).

Des premières balles à 215 km/h, des secondes à 200 : le colosse Milos Raonic (1,96 m) ne fait pas dans les sentiments lorsqu’il débarque sur un court de tennis. Dans une Rod Laver Arena remplie jusqu’à la gueule, le joueur de 25 ans a montré tous les progrès accomplis depuis quelques mois même si sa panoplie n’est pas aussi large que celle des cadors, pour le moment en tous cas. Contre un Gaël Monfils accrocheur et calme, le Canadien a su faire preuve de lucidité pour poursuivre dans son plan de jeu malgré la perte d’un deuxième set caviardé.

Trop puissant 

Il a toujours semblé détenir les clefs du match même si le Tricolore n’a pas à rougir de sa prestation et de son tournoi en général. Mais pour son sixième quart de finale en Grand Chelem, le premier en Australie et le premier depuis l’US Open 2014, Monfils a été victime de la tornade du circuit, tombeur de Federer en finale à Brisbane juste avant Melbourne. Il faut dire que le niveau de jeu proposé par Raonic n’avait rien à voir avec celui affiché par les quatre précédents adversaires du Français (le classement moyen du quatuor Sugita, Mahut, Robert, Kuznetsov n’atteint pas le 120e rang mondial (121e)). Gaël, qui pourrait retrouver Milos en mars lors du premier tour de la Coupe Davis, n’avait pas assez d’arguments à opposer à ce Mark Philippoussis moderne.

Lire aussi: Monfils: "80% des joueurs ne voulaient pas aller jouer en Guadeloupe"

Raonic, qui servait en premier, avait l’avantage de faire la course en tête. A 2-1 en sa faveur, il se procurait une première balle de break après deux vilaines doubles fautes de Monfils. Le Canadien ne ratait pas l’occasion en enfonçant le Français sur son côté revers d’un coup droit puissant. Il confirmait sur son engagement en continuant de servir très fort, terminant par trois coups imparables : service kické sur le revers de Monfils suivi d’une attaque de coup droit exécutée à mi-court puis ace pour conclure le jeu (4-1). Le plus dur était fait dans cette première manche même si le grand escogriffe était contraint de sauver trois balles de set avant d’enlever le set initial (6-3 en 35 minutes).

Raonic dominait clairement son sujet. Le joueur d’origine monténégrine s’offrait deux nouvelles balles de break à 2-2, 15-30, mais Monfils les annihilait de fort belle manière (services puissants, attaques tranchantes en coup droit, deux aces). Le Parisien restait devant au score dans ce deuxième acte (3-2). Il tentait de sortir un peu son rival de son cadre de jeu traditionnel (deux-trois coups de raquette max par point) en le fixant davantage, en lui enlevant du temps et en le repoussant derrière sa ligne grâce à une bonne longueur de balle. Sous pression, Raonic sabordait son jeu de service en enquillant les fautes pour donner l’avantage à Monfils (4-2 puis 5-2 après un jeu rondement mené). Le Canadien obtenait une balle de dé-break à 5-3, 30-40, mais le Frenchie réussissait un troisième ace pour la sauver avant de sortir deux points splendides : l’amorti à genou suivi d’une volée de coup droit puis le service gagnant sur une deuxième balle digne d’une première pour conclure (6-3). Monfils venait de remettre les compteurs à zéro après 1h08 de jeu.

Monfils s'est accroché

Malheureusement pour lui, le roue tournait d’emblée au troisième acte, Raonic réussissant le break à 1-0 sur un magnifique retour de coup droit dans un jeu où Monfils avait été trahi par sa première balle et un relâchement coupable. Le natif de Podgorica se détachait au score (3-0). Admirable en défense, le protégé de Mikael Tillström essayait de revenir, se battant sur tous les points, mais Raonic restait concentré, bien décidé à évoluer dans sa filière en abrégeant les échanges sur sa mise en jeu (service à 224 km/h pour mener 4-1). Monfils sauvait ensuite une balle de 5-1 mais il ne pouvait rien face à la puissance de feu adverse. Mené 5-2, 15-40, le Guadeloupéen serrait le jeu pour écarter deux balles de set afin –au pire- de servir en premier dans la manche suivante. Le set tombait tout de même dans l’escarcelle du Canadien, auteur d’un grand nombre de coup gagnants (6-3, deux sets à un après 1h44).

Raonic: "L'indoor m'a rendu paisible"​

Malgré un nombre d'aces plus élevé que son rival (14 à 10), Gaël Monfils évoluait sur un fil en début de quatrième acte. Et ce qui devait arriver arriva. A 2-2, Raonic saisissait l’opportunité d’assommer son adversaire en rentrant dans le terrain pour distribuer quelques parpaings bien sentis. Il confirmait par un jeu blanc au jeu suivant, avec autorité (4-2). Le Francilien continuait de donner le change afin d’y croire encore un peu mais le Nord-Américain demeurait imperturbable. Sur une balle de débreak à 4-3, 30-40, Raonic servait fort sur le corps de Monfils qui ne pouvait que renvoyer dans le carré de service : punition logique. Les progrès effectués à la volée sous la férule de Riccardo Piatti, l’ancien coach d’Ivan Ljubicic et Richard Gasquet, payent vraiment en cette saison 2016, permettant à Raonic de souvent concrétiser au filet ses attaques monstrueuses (4 points perdus sur son engagement au quatrième, 31 points marqués à la volée en tout).  Il ne tremblait pas au moment de conclure la partie (6-3, 3-6, 6-3, 6-4) en un peu plus de deux heures un quart de jeu. Et même si la marche sera forcément plus haute en demies, il aura sa chance contre Andy Murray.

"Le fait de jouer dans des conditions indoor m’a rendu paisible", a expliqué Milos Raonic au micro de Jim Courier. "J’ai eu un coup de moins bien au deuxième set mais j’ai su me remettre dans le match", a-t-il poursuivi le sourire aux lèvres. "J'ai eu des occasions, même dans le set que j'ai perdu, mais je me suis dit que si je continuais à m'en créer ça finirait par passer". "J’ai toujours beaucoup de plaisir à jouer ici. Contre Andy Murray, ça sera dur. Mais j’ai cette envie en moi de gagner et d’aller au bout cette année".

"Le match se joue à un break à chaque set. J'ai eu  quelques occasions pour revenir que je n'ai pas pu saisir", a de son côté confié Gaël Monfils. "Il y a quelques jeux  de services que j'aurais pu jouer différemment tactiquement. J'ai fait un bon  match, j'ai donné ce que j'avais à donner mais il a été plus fort. Il avait  envie d'imposer son jeu et c'est ce qu'il a fait et bien fait. Il a progressé  au retour. Même en revers, il en lâche un peu plus souvent des pas mal. Il est  beaucoup plus solide qu'avant du fond du court. Beaucoup de gens m'ont dit très  tôt que j'avais un bon tableau, donc ce n'était pas facile de gérer la  pression. Je suis assez satisfait de la manière dont j'ai gagné ces  matches-pièges."

Sur le même sujet

Euro 2016 : Toute l'actualité et 100% des matchs en direct