H Cup - Toulon a rendez-vous avec l’histoire

Wilkinson et Tillous-Borde au milieu de leurs coéquipiers toulonnais

Wilkinson et Tillous-Borde au milieu de leurs coéquipiers toulonnais (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Par

Publié le 28/04/2013 | 09:05, mis à jour le 28/04/2013 | 13:03

Pour la première demi-finale de H-Cup de son histoire, Toulon se déplace à Twickenham pour affronter les Saracens et rejoindre Clermont en finale (16h). En quête de titre depuis plus de vingt ans, le RCT ne veut pas laisser passer l'occasion. A la recherche d'une première finale dans la compétition, le leader du championnat anglais non plus.

SARACENS - TOULON, EN DIRECT DIMANCHE A PARTIR DE 16H SUR FRANCE 2 ET FRANCETVSPORT.FR

Le 18 mai, l'Aviva Stadium accueillera une finale de H-Cup inédite. Opposés en demi-finale, les Saracens et Toulon n'ont jamais atteint ce stade de la compétition sur la grande scène européenne, comme Clermont qualifié hier aux dépens du Munster. En 2008, les Anglais avaient buté sur le Munster dans le dernier carré. Quarts de finalistes la saison passée, les Sarries, champions d'Angleterre 2011, sont devenus une place forte du rugby outre-Manche. Eliminés au même niveau que leurs rivaux en 2011 et finaliste du Top 14 et de Challenge Européen l’an passé, les Varois sont eux revenus en force dans l'Hexagone.

Vingt ans sans titre pour Toulon

Privé de titre depuis le Bouclier de Brennus 1992, le RCT veut désormais conquérir des titres. "En 2007, on jouait une demi-finale de Pro D2 face à La Rochelle et aujourd'hui, on s'apprête à jouer une demie de Coupe d'Europe", tempère toutefois le président Mourad Boudjellal. Revenus dans l'élite en 2009, les Rouge et Noir ne comptent que deux participations en H-Cup contre sept à leurs adversaires. "La Coupe d'Europe a 18 ans et Toulon la joue pour la seconde fois, alors, déjà, il y a beaucoup de fierté mais on ne la maîtrise pas encore. On n'est pas Toulouse, ça c'est sûr", reconnaît le manager toulonnais Bernard Laporte.

Pour autant, pas question pour les pensionnaires du stade Félix Mayol de craindre ce rendez-vous majuscule. "Nous voulons montrer à tout le monde que nous sommes une équipe et il n'y  a pas de meilleur moyen d'y parvenir que de gagner cette compétition", avoue sans détour Steffon Armitage. Moins rôdé collectivement, Toulon peut compter sur le vécu international de ses vieux grognards. Les joueurs Varois cumulent 585 sélections, contre 278 au leader du  Championnat d'Angleterre.

Meilleure attaque de Top 14, le RCT devra montrer autre chose que lors de ses dernières sorties sur le sol national. Depuis son quart de finale poussif mais victorieux contre Leicester, les troupes du général Laporte ont concédé le nul face à un Clermont bis (26-26) avant de perdre leur première place du classement en s'inclinant à Grenoble (25-24). "Catastrophiques" en mêlée fermée lors de ses trois derniers matches, de l'aveu même du talonneur Sébastien Bruno, les Toulonnais s'apprêtent à affronter l'un des packs les plus combatifs d'Europe.

Wilkinson vs Farrell

Comme les Provençaux, les Sarries ont perdu leur dernier match de championnat à Gloucester (28-23), brisant une série de six succès consécutifs. Mais à une journée de la fin de la saison régulière de Premiership, les hommes de Mark McCall sont assurés de terminer premiers. "On veut entrer dans la mémoire des Saracens, explique l'ailier Chris Ashton, qui a rejoint l'ambitieux club londonien cette saison. J'ai déjà été en  finale de Coupe d'Europe (avec Northampton en 2011) et j'aimerais y revenir avec ce bon groupe". Auteur de 4 essais en 7 matches de H-Cup, dont un en quart de finale pour faire plier l'Ulster, le prolifique ailier anglais sera à surveiller de près dans un Temple du rugby qui sonnera creux.

Autre pièce maîtresse des Sarries, l'ouvreur international Owen Farrell fera face à son prestigieux aîné à la baguette du XV de la Rose Jonny Wilkinson. "Il a ce que j'avais moi-même mais il a encore dix ans pour en profiter. C'est le genre de joueur qui sait diriger l'équipe et l'emmener où elle doit aller", a confié Wilko à propos de son successeur. "Je le respecte énormément. Jonny a placé la barre très haut pour tous les demi d'ouverture, sur le terrain comme en dehors", lui a répondu Farrell, admiratif. De retour dans son jardin de Twickenham où il a sévi 13 ans durant en sélection anglaise, Sir Jonny est un phare au milieu d'un océan d'inconnues pour Toulon. Ne reste plus qu'à s'inspirer de Clermont.