Vous êtes ici

Tsonga armé pour vaincre Ferrer

Jo-Wilfried Tsonga au service

Jo-Wilfried Tsonga au service | AFP - KENZO TRIBOUILLAR

Par

Publié le 06/06/2013 | 09:00, mis à jour le 06/06/2013 | 09:15

Jo-Wilfried Tsonga a suffisamment d'arguments pour venir à bout de David Ferrer et se qualifier pour la finale de Roland-Garros. C'est l'analyse que fait Arnaud Boetsch, consultant France Télévisions, à la veille de la demi-finale entre les deux hommes, eu égard aux progrès réalisés par le N.1 français et à sa confiance accumulée. Mais il prévient: "Ce sera beaucoup plus compliqué que contre Federer". Les pièges à éviter pour Tsonga: être attentiste, ou trop se précipiter.

Les progrès de Tsonga

"La première chose, c'est cette tranquillité, cette impression d'avoir fait le travail avant. Le tournoi est souvent la finalité d'un long processus, d'une préparation, d'une mise en place, de travail physique, technique. Ce travail, il l'a fait et quand il arrive sur le court, il sait qu'il a fait le boulot. C'est un peu ce que disait Yannick Noah en Coupe Davis: "Si tu veux être capable de gérer une pression de cinq sets, en Coupe Davis en finale, il faut que tu sois capable de jouer dix sets d'entraînement, en plus de courir..." Avec Jo, j'ai l'impression que le match est la cerise sur le gâteau. Le travail a été fait avant, il est prêt, physiquement il n'a pas de soucis, il est bien dans sa tête, il sent bien son revers car il l'a travaillé, l'a solidifié... Il fait des passings qu'il ne faisait pas avant. Le travail a payé, et il l'a vu. Du coup, la confiance est là, la sérénité aussi. Finalement, la compétition qu'il reçoit en face, elle n'est pas si dure que cela par rapport aux souffrances qu'il a ressenties à l'entraînement, par rapport à tout ce travail. A partir du moment où il est plus solide physiquement, il est plus serein, plus tranquille car il peut se permettre de rester un peu plus longtemps en fond de court, de monter plus vite. Il a des options qu'il n'avait pas avant. C'est un joueur beaucoup plus complet, plus fort, plus puissant. Il peut dès lors exprimer son état d'esprit, qui est celui d'être le patron."

L'apport de Roger Rasheed

"Il est évident que la mise en place d'une structure autour de lui lui a permis de travailler plus dur, d'être poussé encore plus, de se remettre en question. C'est tout l'objectif d'un coach, et d'un bon coach. C'est la démarche volontaire de Jo, et il a trouvé la personne qui lui fallait pour le pousser. C'est son projet, il est à fond dedans. C'est pour cela qu'il n'y a pas de raison que cela s'arrête. En plus, il y a la France derrière, on a envie d'aller dans sa dynamique qu'il a créée. S'il n'y a pas de pépin, s'il n'y a pas un joueur injouable, c'est faisable."

Le danger de Ferrer

"David Ferrer est un métronome, un contreur fantastique, qui sait un peu tout faire et surtout il a l'expérience d'être derrière les quatre premiers depuis longtemps. Depuis le début de la quinzaine, il n'a pas perdu un set, en mettant quelques raclées. Le piège à éviter, c'est de le regarder jouer, de subir, et a contrario, d'attaquer uniquement, de se précipiter car cela ne marchera pas non plus. Cela va être un combat de costauds. Jo va devoir montrer que c'est un patron, dans ses attitudes. Il va montrer qu'il peut jouer des échanges assez longs, mais il peut aussi les raccourcir, il va devoir jouer avec des stratégies différentes en fonction des moments et de ce que va proposer David Ferrer. Lui aussi est capable de venir au filet, lui aussi est capable de rester au fond, de faire 50 échanges. Jo va surtout devoir s'appliquer sur lui, sur sa tranquillité, son application au service, sa puissance en coup droit, sa solidité en revers, être capable de venir au filet, de varier. Il doit se concentrer sur lui, et s'adapter évidemment à l'adversaire, mais en faisant sentir que c'est lui le patron. Ce sera bien plus compliqué que contre Federer. Contre le Suisse, il y a un schéma de jeu qui le gêne, et Jo l'a mis en application à merveille. En plus, Roger n'était certainement pas à 150% de ses capacités physiques. On n'a pas senti un gars révolté, capable de mettre plus de jus. Jo en a magnifiquement profité, mais Ferrer, ça va être autre chose. Lui-aussi a cette opportunité d'aller en finale, contre un joueur qui n'y est jamais allé à Roland-Garros. C'est un grand compétiteur, et s'il peut prendre sa chance, il n'hésitera pas."

Un pronostic

"Tsonga en quatre sets. Si ça va en cinq sets, Tsonga également. Mais ce sera un match très dur."

Sur le même sujet