Rugby - La FFR a choisi l'architecte de son Grand Stade

Le projet du Grand Stade

Le projet du Grand Stade (FFR)

Par

Publié le 08/02/2013 | 13:47, mis à jour le 08/02/2013 | 15:04

La Fédération française de rugby a choisi les cabinets d'architectes "Populous" et "Ateliers 2/3/4" pour la construction du Grand Stade. Celui-ci sera implanté sur le territoire d'Evry Centre Essonne/Ris-Orangis, en banlieue parisienne. Le projet estimé aux alentours de 600 millions d'euros, propose "une enceinte de plus de 80.000 places, disposant d'un toit rétractable, avec une pelouse amovible, d'espaces conviviaux pour tous les publics et d'une haute qualité environnementale", a expliqué le président de la FFR, Pierre Camou.

"Désormais, nous savons à quoi ressemblera ce 'jardin du rugby français', notre nouvel outil de travail ... Une Arena moderne, innovante et multifonctionnelle qui s'implantera parfaitement dans le paysage sportif national et international", a déclaré Pierre Camou. Pas moins de 21 cabinets d'architectes s'étaient portés candidats, et seulement trois avaient été retenus avant d'être départagés par le Comité directeur de la FFR. L'architecté étant choisi, il reste encore à déterminer le nom du constructeur, une décision étant prise avant fin mars. Les moyens de financement n'ont pas été précisés, mais les décisions finales seront prises fin 2013, début 2014, a estimé M. Camou.

Un stade multifonctionnel

Vice-président de la FFR et en charge du projet, Serge Blanco était satisfait de ce choix. "Les trois projets étaient tous d’une grande qualité technique, alliant innovation et esthétisme. Mais il a fallu faire un choix. La proposition faite par "Populous" et "Ateliers 2/3/4/" s’est révélée être la plus adaptée pour répondre aux objectifs que nous nous sommes fixés à moyen et long termes. Elle correspond parfaitement à l’idée que nous nous faisions du stade multifonctionnel par excellence", a-t-il conclu. Les dirigeants du rugby français ont toutefois précisé qu'il devrait y avoir un peu de retard sur  l'objectif initial prévu pour 2017.

Un plan de financement à valider

"On tient nos délais", a affirmé Pierre Camou. "Nous avons indiqué dès le départ que nous ne prendrions la décision  définitive que fin 2013, janvier 2014", a-t-il répété. "Le projet tel que nous l'avons fait a démarré en 2010, avec un dessin architectural et un coût évalué aux alentours de 600 millions. Le business plan a été fait autour de cette enveloppe et a été validé par un cabinet  international", a-t-il poursuivi. "Ensuite, la crise s'est approfondie et nous entrons dans le deuxième schéma qui est la capacité d'emprunt et de prêt. Dans la capacité d'emprunt  pour l'instant, nous passons. Nous avons encore à lancer la levée des fonds propres", a-t-il expliqué. Ces fonds devraient inclure des 'debentures', qui permettent à un opérateur d'emprunter de l'argent à un particulier ou une entreprise en échange du droit d'achat d'une place attribuée pour une période donnée. Ce système a été notamment utilisé par financer le nouveau stade de Twickenham.

Vidéo : retour sur les deux projets qui étaient en compétition

Voir la video

Le projet du Grand Stade en vidéo: